Manuel Slint (version 15.0)

1. Introduction à Slint

1.1. À propos de Slint

Slint est une distribution Linux, basée sur Slackware, polyglotte, facile à installer, polyvalente, conviviale pour les débutants et accessible aux malvoyants.

Un système Slint est fonctionnel dès le déballage et peut être adapté à la plupart des besoins informatiques.

1.1.1. Fonctionnalités

Deux modes d’installation sont proposés: Automatique (l’installateur prépare le lecteur choisi par l’utilisateur et y installe Slint) et Manuel (Le programme d’installation formate la partition Linux choisie par l’utilisateur, et y installe Slint). Le programme d’installation inclut une documentation.

Slint est accessible aux utilisateurs ayant une déficience visuelle, avec parole et braille, de l’installation à l’utilisation dans une console comme dans des environnements graphiques.

Un large éventail de logiciels pour serveurs, ordinateurs de bureau et ordinateurs portables est installé dans tous les systèmes Slint, qui comprend deux environnements de bureau graphiques : MATE et LXQt, et des gestionnaires de fenêtres légers. MATE et LXQt fournissent un accès facile à toutes les applications et opérations système, avec le montage automatique de périphériques amovibles, plus les notifications des mises à jour disponibles des logiciels installés, accès Internet immédiat, arrêt, redémarrage et mise en veille prolongée du système.

La langue choisie sera utilisée pour les applications internationalisées.

Le tableau de bord Slint centralise l’accès aux paramètres du matériel et du système, paquets, outils système, documentation et utilitaires.

Slint est livré avec de nombreuses applications pour créer, éditer, afficher et convertir des documents dans différents formats, communiquer par courriel. chat texte et audio, lecture audio et vidéo, envoi et réception de documents par pair, édition de documents audio, vidéo et graphique, développement d’applications. Il est pleinement utilisable en tant que serveur en mode console et en utilisant l’un des nombreux bureaux inclus.

De nombreuses applications sont accessibles aux utilisateurs ayant une déficience visuelle, un large choix de synthétiseurs et de voix associées est inclus, si vous en avez encore besoin d’autres elles sont facilement installables, utilisables à la fois dans un environnement textuel (console) ainsi que sur le bureau.

Plusieurs outils maison facilitent l’administration et la configuration de votre système Slint.

Bien d’autres applications sont facilement construites en tant que paquets logiciels grâce à une commande simple ou en quelques clics. Des milliers de progiciels sont à portée de main !

Les utilisateurs de Slint sont informés des mises à jour des paquets installés dès que disponible, facilement installés sur demande. Cela assure la sécurité de votre système.

Des paramètres par défaut des applications préférées sont fournis et peuvent être facilement personnalisés.

1.1.2. Content, versions and release model.

L’installateur Slint ne fournit qu’une installation complète.

Slint suit un modèle de sortie "semi-rolling", ce qui signifie que pendant le cycle de vie d’une version donnée, en plus des mises à jour en tant que correctifs de sécurité et des corrections de bogues majeures, certains logiciels sont mis à jour de manière sélective pour apporter des améliorations, et ajouté pour apporter de nouvelles fonctionnalités. C’est le cas pour les logiciels qui contribuent à rendre Slint accessible aux aveugles, comme les lecteurs d’écran.

Nous recommandons aux utilisateurs de passer à une nouvelle version dès que possible après sa sortie. Nous vous recommandons de faire une sauvegarde complète de toutes les données qu’ils veulent suivre, suivies d’une installation à neuf et d’une restauration de la sauvegarde.

1.2. À propos de ce manuel, autres sources d’information

Ce manuel est destiné au nouveau venu à Slint qu’il guide tout au long de son processus d’installation et de son utilisation. Les concepts et conventions spécifiques à Slint et communs aux distributions Linux sont présentés et un glossaire est joint en annexe.

Nous essayons d’accommoder les gens qui viennent de Windows ou MacOS ou d’une autre distribution comme Ubuntu.

La documentation sur les logiciels installés est généralement disponible dans un système Slint. Nous indiquerons dans ce manuel comment y accéder.

D’autres sources d’information sont disponibles :

  • Les informations souvent fournies sur leur site par les auteurs de logiciels inclus dans Slint.

  • Le projet de documentation de Slackware et en particulier ses articles HOWTO Beaucoup sont applicables directement à Slint, certaines adaptations et mises à jour peuvent être nécessaires.

  • Au-delà de la distribution d’Arch, l’ArchWiki fournit souvent des articles utiles sur les logiciels également expédiés à Slint. Par exemple, la recherche de "arch wiki mate" mène à cette page sur MATE. Caveat: les informations fournies peuvent nécessiter une adaptation car Slint et Arch diffèrent à certains égards. Par exemple, Arch utilise systemd comme système d’initialisation et un logiciel donné peut être configuré différemment par défaut dans Slint et Arch.

  • Et bien sûr, un moteur de recherche sur Internet peut souvent aider à trouver des réponses à des questions et des solutions aux problèmes.

1.3. Soutien

Vous pouvez obtenir de l’aide via ces canaux:

  • La liste de diffusion Slint est le principal canal de support. Pour vous inscrire, envoyez un courriel à slint-request@freelists.org en tant que sujet : 'subscribe' puis répondez à l’e-mail de confirmation que vous allez recevoir. Ensuite, pour en savoir plus envoyez un courriel à slint-request@freelists.org avec comme sujet "commands" or "help". Après inscription, envoyez un e-mail à slint@freelists.org.

  • Les archives de la liste de diffusion sont disponibles ici.

  • Sur IRC: chat sur le canal #slint, serveur irc.libera.chat, pas d’enregistrement nécessaire.

  • Mumble: serveur slint.fr (sur rendez-vous pris via un autre canal).

  • Le forum Slint est hébergé par nos amis de Salix (un autre dérivé de Slackware). Inscription requise.

To find out more, see the links under Information in the Slint Dashboard or just type: slint-doc in a terminal after installation.

1.4. Traduction et autres contributions au projet Slint

Slint a besoin de traducteurs! Si vous voulez participer à l’effort de traduction, lisez les instructions dans Traduire Slint.

Les fichiers de traduction sont hébergés sur Crowdin.

Si vous voulez contribuer à Slint pour d’autres tâches, il vous suffit de poster dans la liste de diffusion ou d’écrire à didieratslintdotfr. Bien sûr, les traducteurs sont également les bienvenus sur la liste de diffusion !

1.5. Remerciements

Le projet Slint existe principalement grâce au travail acharné des traducteurs Slint et d’autres contributeurs, merci à vous tous!

Merci à George Vlahavas pour ses conseils et outils, aux contributeurs du projet SlackBuilds.org qui aident à construire autant de logiciels supplémentaires.

Slint est basé sur Slackware, apporté par Patrick J. Volkerding et les contributeurs. Merci! J’encourage tous les utilisateurs de Slint à contribuer au financement de Slackware et à faire un don au projet Salix.

Les dépôts Slint sont gracieusement hébergés gratuitement par Darren 'Tadgy' Austin. J’encourage tous les utilisateurs de Slint à contribuer au financement de l’hôte https://slackware.uk/

Liens pour les contributions financières :
Devenir un client Slackware ou https://paypal. e/volkerdi[Support Slackware]
Suivez les liens sur cette page pour soutenir Slackware UK
Dons à Salix

2. Installer Slint

Cette partie du Manuel vous guide dans les étapes de l’installation: télécharger Slint, vérifier l’image ISO avec une somme de contrôle, écrire l’ISO sur un support d’installation, partitionner votre disque dur et décrire brièvement le processus d’installation.

2.1. Exigences

La version actuelle de Slint peut être installée sur des ordinateurs répondant à ces exigences :

  • Architecture : x86_64 (processeur 64 bits), également connue sous le nom d’AMD64

  • En mode de partitionnement automatique un disque de taille d’au moins 50G

  • En mode partitionnement manuel une partition de type Linux de taille minimale 50G, une partition système EFI et une partition de démarrage du BIOS ou "BIOS boot" sur le même disque.

  • Sint peut être installé sur ce type de disques: disques durs, SSD, NVME, eMMC, clés USB, cartes SD (de préférence dans des boîtiers USB).

  • Mémoire vive : au moins 2G

  • un lecteur de DVD ou un emplacement USB disponible, avec la possibilité de démarrer un DVD ou une clé USB. Un DVD vierge ou une clé USB 5G ou plus peut être utilisé comme support d’installation

Note
Le démarrage sécurisé doit être désactivé pour installer Slint.

2.2. Fonctionnalités de l’installateur

  • L’installateur est un système « live » qui fonctionne en mémoire : il ne modifiera pas un système installé, à moins a moins et jusqu’à ce que demandiez.

  • Pour les utilisateurs aveugles, l’installateur est entièrement utilisable avec une plage Braille et/ou la parole en utilisant le lecteur d’écran.

  • Il inclut tous les utilitaires nécessaires pour préparer les partitions nécessaires avant l’installation en mode de partitionnement manuel.

  • Au lieu de cela, le mode Auto d’installation a juste besoin que l’utilisateur réponde aux questions et fournisse une aide contextuelle à leur sujet.

  • Si installé seul sur un périphérique amovible connecté via USB, Slint est portable, i.e. utilisable sur n’importe quel ordinateur capable de démarrer à partir d’une clé USB au-delà de l’ordinateur utilisé pour l’installer. Par exemple, si vous installez sur une clé USB, vous pouvez simplement brancher la clé dans un ordinateur pour l’exécuter.

  • L’installateur peut chiffrer le lecteur où Slint est installé seul. Cela empêche le vol de données qu’il contient en cas de perte ou de vol de la machine, ou d’un disque amovible.

  • Slint peut être installé dans son propre lecteur, et en mode de partitionnement manuel avec un autre système.

2.3. Préparation

2.3.1. Télécharger et vérifier une image ISO de Slint

La dernière version de la distribution Slint est 15.0

La dernière image ISO de l’installation est toujours disponible dans ce répertoire

Tip

Tant que vous utilisez la version 15.0.0 de Slint. il n’y a pas besoin de réinstaller quand une nouvelle ISO est fournie, car il n’apporte que de nouvelles fonctionnalités de l’installateur et des paquets nouveaux ou mis à jour que vous pouvez également obtenir en mettant à jour votre système.

Le nom du fichier ISO indiqué ci-dessous n’est qu’un exemple, que vous adapterez au nom actuel lors du téléchargement.

Si vous exécutez Windows, un Internet avec comme argument « vérifier les sommes de contôle sha256sum » vous dira comment procéder.

Si vous utilisez Linux, vous pouvez télécharger l’image ISO et sa somme de contrôle sha256 :

wget https://slackware.uk/slint/x86_64/slint-15.0/iso/slint64-15.0-1.iso
wget https://slackware.uk/slint/x86_64/slint-15.0/iso/slint64-15.0-1.iso.sha256

Pour vérifier l’intégrité des fichiers téléchargés, tapez cette commande :

sha256sum -c slint64-15.0-1.iso.sha256

Le résultat devrait être : OK
Sinon, refaire les téléchargements.

2.3.2. Écrire l’image ISO sur un support d’installation

Vous pouvez utiliser un DVD ou une clé USB comme support d’installation.

Créer une clé USB amorçable

Sur un système Linux, branchez la clé USB et vérifiez son nom avec la commande suivante :

lsblk -o model,name,size,fstype,mountpoint
Warning

Examinez attentivement la sortie de la commande pour vous assurer que vous ne taperez pas le nom d’une partition de disque dur au lieu du nom de votre clé USB. Tout le contenu précédent de la clé USB ou d’une partition de disque dur erronée sera PERDU et IRRÉCUPÉRABLE.

Supposons que le nom de la clé USB soit /dev/sdb. Il pourrait être nommé autrement, donc ne copiez pas aveuglément la commande suivante. La syntaxe de commande pour écrire l’ISO de Slint sur une clé USB qui réside dans /dev/sdb est la suivante:

dd if=slint64-15.0-1.iso of=/dev/sdb bs=1M status=progress && sync
Note

La commande ci-dessus suppose que if= pointe vers le chemin de l’ISO Slint et of= pointe vers le nom de la clé USB. Ces valeurs peuvent différer sur votre système.

On Windows use an application like Rufus. Elle est gratuite et "open source".

Créer un disque DVD amorçable

Sur un système Linux, insérez le DVD et tapez la commande suivante :

xorriso -as cdrecord -v dev=/dev/sr0 -eject slint64-15.0-1.iso

Assurez-vous d’entrer le chemin complet vers l’ISO de Slint sur votre système de fichiers.

On Microsoft Windows 2000/XP/Vista/7 you can write to a DVD using the application InfraRecorder. Il est gratuit et open source.

Sur Microsoft Windows 7/8/10 vous pouvez utiliser l’utilitaire Windows Disk Image Burner livré avec Microsoft Windows.

2.3.3. Facultativement, préparer les partitions pour Slint

Dans ce document, « formater » une partition signifie : créer un système de fichiers pour gérer les fichiers qu’elle contient.

Si après avoir tapé 'start' vous tapez 'm' pour le partitionnement manuel, vous devez d’abord sélectionner la partition racine du système, qui sera monté en tant que "/", puis le type de son système de fichiers -: btrfs, ext4, xfs.

Le programme d’installation répertorie uniquement les partitions de taille au moins 50G et Linux (peuvent également être nommées système de fichiers Linux), non chiffrées. Cette partition peut être formatée ou non, mais dans tous les cas son contenu sera effacé et un nouveau système de fichiers généré par le programme d’installation.

En outre, le mode de partitionnement manuel nécessite sur le même disque que la partition racine du système :

  • Partition de type partition d’amorçage de type "BIOS boot", de taille au moins 3M et non formatée.

  • Une partition de type EFI, avec au moins 32M d’espace libre, formatée avec un système de fichiers "fat" (ou "vfat"), tel que requis par la spécification UEFI

L’utilisation de partitions existantes Slint ou leur création dépend de l’utilisateur. Les systèmes déjà installés utilisant la partition "BIOS boot" et la partition EFI ne seront pas affectées, seule la partition racine sera (re)formatée.

L’installateur inclut plusieurs applications de partitionnement : cfdisk, fdisk, sfdisk, cgdisk, gdisk, sgdisk, parted. Les applications avec "g" dans leur nom ne peuvent gérer que gpt, parted peut gérer les tables de partitions DOS ainsi que le GPT. fdisk, cfdisk et sfdisk peuvent gérer les tables de partitions DOS. De plus, wipefs (pour effacer les tables de partitions précédentes et les signatures du système de fichiers) et partiprobe (pourinformer le noyau des modifications d’une table de partitions) sont disponibles. Les applications blkid et lsblk affichent des informations sur les périphériques de blocage et les partitions.

Bien sûr, vous pouvez aussi créer les partitions à partir d’un autre système avant de démarrer l’installateur.

2.4. Installation de Slint

2.4.1. Début de l’installation

Si nécessaire, configurez le microprogramme de la machine pour démarrer à partir du DVD ou de la clé USB que vous avez préparé.

Insérez le support d’installation (DVD ou clé USB) et redémarrez votre machine. Pour aider les utilisateurs aveugles une musique est entendue lorsque le menu de démarrage s’affiche.

Lancez le programme d’installation en appuyant sur Entrée.

L’installateur va d’abord sonder vos cartes sons.

Cela peut aider à mettre au point une configuration fonctionnelle par défaut, et est également que l’installateur puisse parler à des utilisateurs aveugles.

Si l’installateur trouve plus d’une carte son, cela dira en anglais pour chacun :
appuyez sur Entrée pour choisir cette carte son <sound card id>
Appuyez sur Entrée dès que vous entendez cela, pour confirmer que la carte son proposée fonctionne. Ce paramètre sera sauvegardé dans le nouveau système dans /etc/asound.conf.

Lors de l’étape suivante, lorsque vous le demanderez, vous confirmerez (en tapant s) ou refuserez (appuyez simplement sur Entrée) que vous voulez entendre la parole pendant l’installation. Le braille est toujours disponible pendant l’installation.

Vous pourrez ensuite choisir, confirmer ou modifier la langue utilisée lors de l’installation. Ensuite, tous les écrans seront dans la langue choisie si la traduction dans cette langue est terminée.

Si vous devez ajouter des paramètres de noyau supplémentaires à la ligne de commande d’amorçage, avant d’appuyer sur Enter faites ce qui suit :

Note

Sachez que la disposition de clavier "US" sera utilisée lors de la saisie.
Ctrl+x signifie "Appuyez et maintenez la touche Ctrl ou Control comme si c’était une touche Maj puis appuyez sur la touche X"

Appuyez sur la touche e
Appuyez sur la flèche vers le bas trois fois
Appuyez sur la touche Fin
Appuyez sur la barre d'espace
Tapez les paramètres du noyau (exemples ci-dessous)
Appuyez sur Ctrl+X pour démarrer (n'appuyez pas sur Entrée !)
Appuyez sur Entrée pour démarrer.

Par exemple, pour configurer le pilote "speakup" pour votre synthétiseur matériel, vous pouvez taper un paramètre Linux tel que :

speakup.synth=apollo

Vous pouvez également inclure dans la ligne de commande d’amorçage les paramètres de votre plage Braille, dans ce formulaire :

brltty=<code pilote>,<dispositif de connexion>,<table de texte>

Par exemple pour installer avec une plage Papenmeier connectée par USB avec un type de table en français :

brltty=pm,usb:,fr_FR
Note
Un périphérique braille est connecté par USB, il doit toujours être reconnu, peut-être seule la table de texte ne sera-t-elle pas la bonne si vous n’avez pas renseigné les paramètres au début.

Dans tous les cas, comme il n’y a pas de délai d’attente, l’installateur ne démarre que lorsque vous appuyez sur [Entrée].

La parole et le braille sont disponibles au début de l’installation.

2.4.2. Aperçu du processus d’installation

Le programme d’installation sonde d’abord les unités et les partitions existantes pour évaluer les possibilités et les options d’installation et vous permet de choisir entre une préparation automatique ou manuelle des partitions utilisées par Slint.

Si vous choisissez 'manuel', les partitions Linux où Slint pourrait être installé (taille d’au moins 50G), vous sont présentées, sélectionnez l’une d’elles et choisissez le type de système de fichiers que l’installateur va créer : btrfs, ext4 ou xfs comme mentionné dans Facultativement, préparer des partitions pour Slint

Si vous choisissez 'auto', vous sont présentés les lecteurs où Slint pourrait être installé (taille d’au moins 50G), et le système de fichiers sera de type btrfs.

Dans le cas de btrf ; les sous-volumes seront créés pour / /home et /snapshots avec des fichiers compressés et /swap pour héberger un fichier de swap. La 'Copier en écriture' facilitera la création d’instantanés et peut-être d’annuler une mise à jour système en échec. Des outils pour gérer les snapshots sont inclus dans Slint.

Dans les deux modes, l’utilisateur choisit les partitions Linux et Windows existantes qui seront automatiquement montées après le démarrage de Slint, et leurs noms de points de montage, facilitant ainsi l’accès aux systèmes existants et aux données de Slint.

Puis il est proposé à l’utilisateur de chiffrer la partition du système racine, pour éviter le vol de données en cas de perte ou de vol de la machine ou du lecteur où Slint est installé. Si accepté, l’installateur enregistre la phrase de passe permettant de déverrouiller cette partition, que vous tapez au démarrage à le demnde de GRUB avant qu’il 'affiche le menu d’amorçage.

Tout ceci fait, le programme d’installation résume vos choix et vous permet de les confirmer ou non. Jusqu’à ce stade, aucune modification n’a été apportée aux systèmes et données installés pour que vous puissiez le refuser en toute sécurité, puis recomencer ou simplement redémarrer sans aucun dommage.

Ensuite, le partitionnement automatique se fait en cas de problème, la partition racine de Slint est chiffrée si demandé, la partition racine est formatée et les premiers paquets logiciels sont installés.

Si vous avez choisi un disque chiffré, vous tapez la phrase de passe qui sera utilisée pour déverrouiller le lecteur à chaque démarrage.

Vous choisissez un mot de passe pour l’utilisateur "root." C’est l’administrateur système, qui a tous les privilèges.

Vous définissez également le nom d’utilisateur et le mot de passe d’un utilisateur normal.

Vous indiquez si vous avez besoin d’une sortie braille accessible et si vous souhaitez vous connecter en mode texte ou graphique. Si vous avez utilisé la langue anglaise (USA) lors de l’installation, vous choisissez la langue à utiliser dans le système installé, sinon le programme d’installation définit la même chose que lors de l’installation.

L’installateur tente d’établir une connexion Internet, et en cas de succès propose un fuseau horaire correspondant à votre position géographique que vous confirmez, sinon vous en sélectionnez un dans une liste.

On vous demande si vous aurez besoin du braille, alors si vous préférez démarrer dans une console ou dans un environnement graphique, à moins que vous n’ayez utilisé la parole pendant l’installation ou que vous ayez besoin de Braille : alors vous atterrissez dans une console après le redémarrage, par sécurité.

L’installateur crée ensuite un fichier de swap, ce qui peut prendre beaucoup de temps, s’il vous plaît soyez patient.

Les paquets sont installés sur le lecteur. Si une connexion Internet a été établie, il télécharge et installe la version la plus récente de chaque paquet, y compris celles fournies depuis la sortie de l’image ISO.

L’installation de tous les paquets prend de 10 à 40 minutes selon le matériel.

On vous demandera de sélectionner un bureau (même si vous démarrez dans une console en premier) parmi fvm, lxqt, mate et wmaker. D’autres choix seront disponibles après l’installation en tapant 'xwmconfig' si vous démarrez dans une console

Ensuite, le système est configuré et le gestionnaire d’amorçage GRUB est installé. Slint peut démarrer à la fois dans les modes "Legacy" et EFI.

Vous pouvez afficher un aperçu du menu de démarrage avant de redémarrer.

Ensuite, retirez le support d’installation et redémarrez pour démarrer votre nouveau système Slint.

2.4.3. Utilisation de l’installateur

Si vous connaissez la ligne de commande, vous pouvez sauter ce sujet.

Le menu principal d’installation est affiché ci-dessous:

Bienvenue dans l'installateur de Slint ! (version 15)

Vous pouvez maintenant taper (sans les guillemets):

'doc' pour connaître les fonctionnalités et l'utilisation de l'installateur.
'start' pour démarrer l'installation.

L'installateur peut préparer le lecteur où Slint sera installé,
en créant les partitions nécessaires. Si vous préférez, vous pouvez le faire vous-même
en utilisant les utilitaires en ligne de commande disponibles dans l'installateur, puis tapez 'start'
une fois ceci terminé. Vous pouvez également quitter l'installateur et utiliser un outil comme gparted
pour faire cela puis relancer l'installateur.

Nous vous recommandons de taper 'doc' d'abord dans ce cas, ou si vous voulez
chiffrer la partition Slint racine.
Lorsque vous avez terminé la lecture, ce menu sera affiché à nouveau.

Dès que ce menu est affiché, vous avez la main sur le processus d’installation.

Vous avez lu l’écran et tapez les commandes dans un terminal virtuel. L’installateur inclut plusieurs terminaux virtuels partageant le même clavier physique et l’écran, qui peuvent être utilisés en parallèle.

L’installateur démarre dans le terminal virtuel 1 nommé tty1 mais vous pouvez passer à un autre. Par exemple, vous pouvez passer à tty2 en appuyant sur Alt-F2 puis Entrée pour l’activer et plus tard revenir à tty1 en appuyant sur Alt-F1, sans effacer les informations affichées dans les deux terminaux. Alt-F1 signifie : appuyez et maintenez la touche Alt enfoncée puis appuyez sur la touche F1.

Cela peut être utile pour continuer à lire la documentation pendant l’installation : par exemple, vous pouvez passer à tty2 pour commencer l’installation, passez à tty1 pour continuer à lire la documentation, puis passez à tty1 à nouveau pour passer à l’étape suivante de l’installation.

Ceci peut également être utilisé pour consulter le glossaire lors de la lecture d’autres documents.

L’installateur a plusieurs modes d’interaction avec vous, l’utilisateur:

  • Vous tapez des commandes à l’invite et lisez leur sortie.

  • L’installateur pose une question, vous tapez la réponse et confirmez la réponse en appuyant sur Entrée.

  • L’installateur affiche un menu de choix ou d’options : vous sélectionnez l’un d’eux en utilisant les touches fléchées haut et bas, puis confirmez votre choix en appuyant sur Entrée, ou annuler en appuyant sur Échap.

  • L’installateur affiche des informations dans un pager. Utilisez ensuite les touches fléchées pour lire la ligne suivante ou précédente, appuyez sur l’espace pour afficher la page suivante, Q pour arrêter de lire le document.

2.4.4. Slint avec une partition racine chiffrée.

En mode Auto, le programme d’installation propose de chiffrer la partition système racine. Si vous êtes d’accord, à chaque démarrage, le chargeur de démarrage GRUB vous demandera la phrase de passe que vous aurez tapée pendant l’installation pour déverrouiller l’unité, avant d’afficher le menu d’amorçage. Notez que le déverrouillage de l’unité prend quelques secondes (environ dix secondes).

Avoir un système racine chiffré empêche le vol de données qu’il contient en cas de perte ou de vol de la machine, ou d’un lecteur amovible. Mais cela ne vous protégera pas si l’ordinateur reste en marche et sans surveillance, seulement si la machine a été complètement éteinte !

Pendant l’installation, la partition système Slint sera chiffrée, ainsi que la partition supplémentaire que vous pouvez demander.

Une partition Slint (ou racine) sera nommée : /dev/mapper/cryproot une fois ouverte, si elle a été chiffrée.

Ceci est affiché par cette commande :

lsblk -lpo name,fstype,mountpoint | grep /$

Ce qui donne une sortie comme :

/dev/mapper/cryptroot ext4 /

Cette commande à la place:

lsblk -lpo name,fstype,mountpoint | grep /dev/sda3

donnez:

/dev/sda3             cryptoLUKS

/dev/sda3 est maintenant une partition « raw » qui inclut l’en-tête « LUKS » à laquelle vous n’aurez jamais besoin d’accéder directement et ne devrez jamais faire. Il héberge tout ce qui est nécessaire pour chiffrer ou déchiffrer la partition /dev/mapper/cryptroot, qui héberge effectivement vos données (dans cet exemple le système Slint).

Warning

Si vous oubliez le mot de passe, toutes les données du lecteur seront irrémédiablement perdues ! Alors écrivez ou enregistrez cette phrase de asse et mettez l’enregistrement dans un endroit sûr aussitôt fait.

Les lecteurs meurent. Si cela se produit et il est chiffré, vos données seront perdues. Ainsi, la sauvegarde régulière de vos données importantes n’est pas optionnelle.

En outre, faire une sauvegarde de l’en-tête luks que vous serez en mesure de restaurer la partition luks serait endommagée pour n’importe quelle raison. La commande pourrait être dans notre exemple :

luksHeaderBackup /dev/sda3 --header-backup-file <fichier>

où <fichier> est le nom du fichier de sauvegarde, que vous stockerez dans un endroit sûr.

Ensuite, auriez-vous besoin de restaurer la sauvegarde, tapez :

luksHeaderRestore /dev/sda3 --header-backup-file <fichier>

Ne redimensionnez pas une partition d’un lecteur chiffré car après ça il sera définitivement verrouillé et toutes les données qu’il contient seront perdues ! Si vous avez vraiment besoin de plus d’espace, vous devrez sauvegarder tous les fichiers que vous voulez garder, puis installer à nouveau et restaurez les fichiers sauvegardés.

Choisissez un mot de passe fort, de sorte qu’il faudrait trop de temps pour qu’un voleur le découvre pour que cela en vaille la peine.

Ne jamais jouer avec l’en-tête dit "LUKS" situé sur la partition brute (la troisième, comme par exemple /dev/sda3 pour la partition brute au-dessus de la partition système Slint). Pratiquement: ne créez un système de fichiers dans cette partition, ne l’incluez pas dans un vecteur RAID et généralement n’y écrivez rien: toutes les données seraient irrémédiablement perdues !

Pour éviter les mots de passe faibles, l’installateur requiert que le mot de passe comprenne :

  1. Au moins 8 caractères.

  2. Seulement les lettres majuscules et minuscules non accentuées, les chiffres de 0 à 9, l’espace et les caractères de ponctuation suivants :

     ' ! " # $ %  & ( ) * + , - . / : ; < = > ? @ [ \ ] ^ _ ` { | } ~

    Cela garantit que même un nouveau clavier aura tous les caractères nécessaires pour taper la phrase de passe.

  3. Au moins un chiffre, une lettre minuscule, une lettre majuscule et un caractère de ponctuation.

GRUB suppose que le clavier "us" est utilisé lorsque vous tapez la phrase de passe. Pour cette raison, si pendant l’installation vous utilisez un autre plan de clavier, avant de demander le mot de passe l’installateur va configurer le plan du clavier "us", et après l’avoir enregistré restaurer celui précédemment utilisé. Dans ce cas, l’installateur épellera également chaque caractère saisi de la phrase de passe, car il peut différer de celui écrit sur la touche.

L’application cryptsetup est utilisée pour chiffrer le lecteur. Pour en savoir plus taper après installation:

man cryptsetup

2.4.5. Raccourcis clavier pour le lecteur d’écran Speakup

Ce chapitre est destiné aux utilisateurs qui ont besoin d’un lecteur d’écran, mais qui ne connaissent pas Speakup.

Désactivez le verrouillage des touches numériques pour utiliser Speakup.

La touche CapsLock est utilisée comme une touche Majuscule. Par exemple, "CapsLock 4" signifie :
maintenez la touche CapsLock enfoncée comme une touche Majuscule et appuyez sur 4.

Premièrs raccurcis à se rappeler :
PrintScreen Activer/désactiver le haut-parleur.
CapsLock F1 Speakup Help (appuyez sur Espace pour quitter l'aide).
Raccourcis clavier pour changer les paramètres :
CapsLock 1/2 Diminuer/Augmenter le volume du son.
CapsLock 5/6 Diminuez/Augmentez la vitesse de parole.
 Raccourcis clavier pour lire l'écran:
 CapsLock j/k/l      Dire le mot Précédent/Actuel/Suivant.
 CapsLock k (twice)  Épeler le mot actuel.
 CapsLock u/i/o      Dire la ligne Précédente/Actuelle/Suivante.
 CapsLock y          Dire du haut de l'écran au curseur de lecture.
 CapsLock p          Dire du curseur de lecture au bas de l'écran.
// First_steps

2.4.6. Premières étapes après l’installation

Voici les premières tâches à effectuer après l’installation

Dans ce document, tous les textes après un caractère # sont des commentaires des commandes suggérées, à ne pas saisir.

Mise à jour initiale du logiciel

Après l’installation, le système devrait être mis à jour pour obtenir la version la plus récente fournie de chaque logiciel, ainsi que les nouveaux logiciels fournis depuis la version de l’ISO. Ceci est particulièrement nécessaire si aucune connexion réseau n’était disponible lors de l’installation comme alors, seuls les paquets inclus dans le média de distribution ont été installés, et ils pourraient être obsolètes.

La plupart des commandes saisies ci-dessous demandent des droits d’administration associés à un compte spécifique nommé 'root', pour lequel vous avez enregistré un mot de passe lors de l’installation.

Pour lancer une commande en tant que 'root', tapez d’abord

su -

puis tapez le mot de passe pour root et appuyez sur Entrée avant de taper la commande.

Lorsque vous avez terminé d’émettre des commandes en tant que root, appuyez sur Ctrl+d ou tapez « exit » pour récupérer votre statut « utilisateur normal ».

Alternativement, l’utilisateur enregistré lors de l’installation et les autres membres du groupe 'wheel' peuvent taper :

sudo <command>

puis aussi le mot de passe pour root.

Pour mettre à jour, tapez en tant que root dans une console ou un terminal graphique:

slapt-get --add-keys # récupère les clés pour authentifier les paquets
slapt-get -u # mettre à jour la liste des paquets dans les miroirs
slapt-get --install-set slint # obtenir les nouveaux paquets
slapt-get --upgrade # Obtenir les nouvelles versions des paquets installés
dotnew # liste les changements dans les fichiers de configuration

Lorsque vous exécutez dotnew, acceptez de remplacer tous les anciens fichiers de configuration par les nouveaux. Ceci est sûr comme vous l’avez fait’vous n’avez pas encore fait de personnalisation.

Alternativement, vous pouvez utiliser ces front-ends: gslapt au lieu de slapt-get, et dotnew-gtk au lieu de dotnew.

Pour en savoir plus sur slapt-get, tapez :

man slapt-get

ou en tant que racine:

slapt-get --help

et lire /usr/doc/slapt-get*/README.slaptgetrc.Slint

3. Utilisation de Slint

Ce chapitre présente les façons dont vous pouvez interagir avec votre système Slint pour que fasse ce que vous voulez.

3.1. Qu’est-ce qu’un système Slint?

Slint est un ensemble de logiciels qui entrent à peu près dans ces catégories :

  • Le système d’exploitation, fait du noyau Linux et des utilitaires. Il agit comme une interface entre l’utilisateur, les applications et le matériel.

  • Les applications qui exécutent les tâches que les utilisateurs veulent accomplir.

Slint peut être utilisé dans deux modes distingués par l’apparence de l’écran et la façon d’interagir avec le système:

  • En mode texte, vous tapez des commandes interprétées par un shell. Ces commandes peuvent démarrer un utilitaire ou une application. Le mode texte s’appelle aussi le mode console. Dans ce mode, l’écran n’affiche que les commandes et leur sortie en arrière-plan (généralement noir).

  • En mode graphique, les éléments graphiques comme les fenêtres, les panneaux ou les icônes sont affichés à l’écran, généralement associés à des applications ou des utilitaires. L’utilisateur interagit avec ces éléments à l’aide d’une souris ou d’un clavier.

Les commandes peuvent également être saisies en mode graphique dans une fenêtre associée à un terminal ( ) dans lequel est exécuté un shell.

3.2. Utilitaires fournis

Au-delà des utilitaires trouvés dans la plupart des distributions Linux, Slint comprend des outils écrits pour elle, hérités de Slackware et empruntés à Salix.

Voici les utilitaires que vous pouvez utiliser pour (re) configurer votre système Slint après l’installation. L’utilisation de plus simples va de soi, la plupart ont une option d’aide associée, certaines sont présentées dans des détails supplémentaires dans le chapitre Manage your system.

Sauf indication contraire, ces utilitaires devraient être utilisés en tant que root. Pour devenir "root" (administrateur) tapez "su -" puis le mot de passe associé au compte root. Pour récupérer le statut dl’utilisateur ordinaire, appuyez sur Ctrl+d ou tapez quitter.

Vous pouvez également exécuter des commandes ayant besoin des privilèges de root en tapant "sudo <command>"

La plupart des utilitaires ont une ligne de commande et une version graphique. La version de la ligne de commande est listée en premier ci-dessous. Sauf indication contraire, toutes les commandes devraient être de type en tant que root.

Paramètres généraux

  • Pour gérer les utilisateurs: usersetup ou gtkusersetup

  • Pour changer la langue et la région : localesetup ou gtklocalesetup

  • Pour modifier la configuration du clavier et la méthode d’entrée: keyboardsetup ou gtkkeyboardsetup

  • Pour configurer la date, l’heure ou le fuseau horaire : clocksetup et gtkclocksetup.

  • Pour choisir quels services lancer au démarrage : servicesetup et gtkserviceseetup.

  • Pour (re)configurer le réseau: netsetup.

  • Pour choisir de démarrer en mode texte ou graphique et, dans le cas suivant, le gestionnaire de connexion graphique : le sélecteur de connexion

  • Pour choisir un bureau parmi FVWM, LXQt, MATE et WindowMaker : sélecteur de session (en tant qu’utilisateur ordinaire)

  • Pour choisir un de ces bureaux ou un des gestionnaires de fenêtres autonomes : xwmconfig (en tant qu’utilisateur ordinaire)

  • Pour afficher ou non les applications spécifiques à un bureau dans d’autres bureaux : show-desktop ou hide-desktop (en tant qu’utilisateur ordinaire)

  • Pour activer ou prononcer en mode graphique : orca-on or orca-off (en tant qu’utilisateur ordinaire)

  • Pour choisir et activer un lecteur d’écran de console ou les désactiver tous : speak-with

  • Pour afficher ou non les entrées spécifiques à MATE et/ou LXQt dans d’autres environnements graphiques : display-desktop ou hide-desktop (en tant qu’utilisateur ordinaire)

  • Pour activer ou désactiver emacspeak ou speechd-el : switch-on ou switch-off (en tant qu’utilisateur ordinaire)

  • Pour afficher la mise en page du menu de démarrage de GRUB comme affiché au prochain démarrage : list_boot_entries

  • Pour écrire une clé d’amorçage de secours, permettant de démarrer en cas d’échec autrement : rescuebootstick

  • Pour sauvegarder / restaurer les paramètres de speakup : speakup-save ou speakup-restore

  • Pour lister les voix pour espeak-ng, y compris les voix mbrola: liste-espeak-ng-voices (comme utilisateur ordinaire)

  • Vous définissez également le nom d’utilisateur et le mot de passe d’un utilisateur normal.

  • Pour lister les synthétiseurs vocaux et les langages associés disponible à travers speech-dispatcher: spd-list (comme utilisateur ordinaire)

3.3. Comment Slint démarre

Lors de l’installation, le logiciel livré dans l’ISO d’installation ou téléchargé depuis des dépôts distants est installé dans un lecteur drive.

Lorsque vous démarrez Slint, le firmware vérifie d’abord le matériel puis recherche un programme appelé un chargeur d’OS (communément appelé un chargeur d’amorçage) qu’il démarre.

Il peut y avoir plusieurs chargeurs d’OS dans la machine. Dans ce cas, le firmware permet à l’utilisateur de choisir lequel démarrer dans un menu.

Dans Slint, le logiciel qui fabrique et installe un chargeur de démarrage est GRUB. Le chargeur d’amorçage compilé par GRUB est également un gestionnaire de démarrage, car il permet de choisir quel OS démarrer si plusieurs systèmes d’exploitation sont installés.

Le chargeur du système d’exploitation construit par GRUB peut être installé dans un secteur d’amorçage (en cas d’amorçage "legacy") ou dans une partition système EFI ou ESP (dans cas d’amorçage EFI).

Le but du chargeur Slint est de démarrer le système Slint. Pour ce faire, il charge d’abord dans RAM le noyau, puis l’initrd, qui à son tour initialise le système Slint.

Dans la dernière étape de cette initialisation, l’utilisateur est invité à "se connecter", en autres mots pour se connecter au système et prendre la main dessus. Pour cela l’utilisateur saisit d’abord un nom d’utilisateur (ou login) puis un mot de passe, dont la validité est vérifiée. Slint comme les autres distributions Linux étant multi-utilisateurs ceci permet à un utilisateur d’accéder à ses fichiers mais pas à ceux d’autres utilisateurs.

Au moment de l’installation, vous avez choisi de démarrer Slint en mode texte ou graphique.

  • Si vous avez choisi C pour console après l’initialisation du système, entrez votre nom d’utilisateur (ou nom de connexion), puis votre mot de passe, chaque entrée étant confirmée en appuyant sur la touche Entrée, puis vous pouvez taper des commandes.

  • Si vous avez choisi G (graphique), vous tapez les mêmes informations dans un gestionnaire d’affichage ou gestionnaire de connexion, qui démarre alors l’environnement graphique.

Après l’installation, vous pouvez changer le mode en tapant en tant que root login-chooser, en mode console ainsi qu’en mode graphique (dans un terminal). Cette commande vous permet de choisir text (synonyme de mode console), ou, pour le mode graphique, parmi plusieurs gestionnaires d’affichage. Votre choix sera effectif au prochain démarrage de l’ordinateur.

Nous allons maintenant présenter les environnements graphiques, puis comment utiliser un shell.

3.4. Les environnements graphiques

Un environnement graphique complet comprend plusieurs composants, parmi lesquels un gestionnaire de fenêtres qui dessine les fenêtres associées à des applications, déplace, redimensionne et ferme ces fenêtres.

Slint comprend plusieurs environnements graphiques: BlackBox, Fluxbox, FVWM, LXQt, MATE, ratpoison, TWM, et WindowMaker. Lequel choisir est une question de préférence personnelle.

LXQt et MATE sont des ordinateurs de bureau complets, FVWM et WindowMaker offrent des fonctionnalités uniques et peuvent être sélectionnés avec le gestionnaire de connexion graphique lightdm et aussi démarrés à partir d’une console en tapant "startx". Les autres sont principalement des gestionnaires de fenêtres qui ne peuvent être démarrés qu’à partir d’une console. Tous vous permettent d’accéder à vos documents et applications, généralement ouverts dans une fenêtre.

Vous pouvez choisir parmi les types FVWM, LXQt, MATE et WindowMaker en tant qu’utilisateur ordinaire "session-chooser". En mode graphique, vous pouvez également en choisir un lors de la connexion.

Pour choisir l’un des autres environnements graphiques (BlackBox, Fluxbox, ratpoison, TWM) vous devez utiliser la commande "xwmconfig".

Nous allons maintenant décrire brièvement les composants du bureau Mate, qui est celui par défaut et aussi le plus accessible avec la parole et le braille.

À l’aide de la souris, vous pouvez découvrir les fonctionnalités de chaque composant en faisant ou en simulant un clic droit, milieu ou gauche. Déplacer ou supprimer la plupart des composants, les modifier et en ajouter de nouveaux peuvent être faits de la même façon.

On peut accéder à ces composants en déplaçant la souris et aussi grâce à des raccourcis clavier. Nous indiquons ci-dessous entre parenthèses les raccourcis clavier permettant d’atteindre, en d’autres termes mettre le focus sur chaque élément. Nous allons également résumer les raccourcis clavier pour le bureau Mate (en utilisant le gestionnaire de fenêtres Marco par défaut) et ceux pour le gestionnaire de fenêtres Compiz.

Tip

Vous pouvez découvrir la plupart des fonctionnalités des applications et d’autres composants de Slint avec un clic droit, milieu ou gauche de la souris. Par exemple, en cliquant sur le panneau, la barre de titre, les boutons gauche et droite de n’importe quelle fenêtre, une icône dans le panneau ou sur un espace vide de l’écran.

3.4.1. Les fenêtres

Une fenêtre est une zone rectangulaire associée à une application. Les fenêtres peuvent être déplacées, redimensionnées, maximisées, restaurées réduites, fermées (terminant l’application qu’elle gère) à l’aide de la souris ou de raccourcis clavier.

3.4.2. Les espaces de travail

Pour permettre d’avoir beaucoup de fenêtres ouvertes de manière ordonnée, l’environnement graphique fournit plusieurs espaces de travail et permet de basculer entre eux. Chaque espace de travail affichera le même bureau et les mêmes panneaux, mais les fenêtres peuvent être placées dans un espace de travail spécifique ou dans tous. Ce paramètre est disponible avec un clic droit sur le bord supérieur de la fenêtre. Passer à un autre espace de travail peut être fait en cliquant sur sa position sur le panneau inférieur de l’écran, dans le changeur d’espace, comme indiqué ci-dessous.

3.4.3. Le bureau

Le bureau englobe tout l’écran, sur lequel d’autres composants peuvent être placés, en cas de Mate et comme expédié dans Slint un panneau supérieur et inférieur, et quatre icônes qui de haut en bas permettent d’ouvrir dans les fenêtres :

  • le répertoire racine du gestionnaire de fichiers

  • votre répertoire personnel dans le gestionnaire de fichiers

  • le tableau de bord Slint

  • la corbeille, où sont placés les fichiers que vous avez l’intention de supprimer mais ne l’avez pas encore fait.

Les fenêtre d’application que vous démarrez sont aussi mises sur le bureau.

Mate comprend deux panneaux, qui se présentent comme des zones horizontales rectangulaires minces, l’un en haut et l’autre en bas de l’écran.

Appuyer sur Ctrl+Alt+Tab permet de circuler entre le bureau, le haut et le bas

Appuyer sur Alt+Tab permet de faire défiler les fenêtres sur le bureau.

3.4.4. Le panneau supérieur

Il présente, de gauche à droite :

  • Trois menus :

    • Un menu Applications qui peut être ouvert en appuyant sur Alt+F1. À partir de là, vous pouvez ouvrir les autres menus en utilisant la flèche droite. Vous pouvez utiliser les touches fléchées vers le bas et vers le haut pour naviguer dans chaque menu.

    • Un menu Emplacements.

    • Un menu système qui donne accès à un sous-menu de préférences, au centre de contrôle Mate et aux boutons pour obtenir de l’aide sur le bureau, verrouiller l’écran, fermer la session et éteindre l’ordinateur.

  • Lanceurs d’applications pour mate-terminal, le gestionnaire de fichiers caja, le client de messagerie thunderbird, le navigateur web firefox, l’éditeur de texte Geany.

  • Une notification qui peut rassembler des applets comme un gestionnaire Bluetooth, un mixeur de son, un gestionnaire de réseau et une notification de mise à jour disponible.

  • Une horloge et un calendrier.

  • Un verrou d’écran.

  • Une boîte de dialogue de session fermée.

  • Une boîte de dialogue d’arrêt.

Tip
  • Pour personnaliser le panneau à votre goût : faites un clic droit sur un espace vide sur le panneau.

  • Si vous souhaitez déplacer un élément sur le panneau : Cliquez au milieu de l’élément, faites glisser votre souris et elle suivra la souris jusqu’à ce que le bouton du milieu soit relâché.

  • Pour une aide contextuelle appuyez sur F1

3.4.5. Le panneau du bas

Il présente, de gauche à droite :

  • Une liste de fenêtres qui peut être configurée avec un clic droit sur la ligne de trois points verticaux au début et en choisissant les préférences. Cela permet également de démarrer le moniteur du système dans une fenêtre.

  • Un bouton afficher le bureau. Une partie gauche de celui-ci réduira ou masquera toutes les fenêtres, en cliquant à nouveau restaurera les fenêtres dans leur état précédent.

  • Un commutateur d’espace de travail, ou pager. Il permet de passer d’un espace de travail à un autre et de déplacer des fenêtres d’un espace de travail vers un autre par glisser-déposer.

3.4.6. Le tableau de bord Slint

Nous mettrons fin à cette introduction à l’utilisation de Slint’s en présentant le Centre de Contrôle Slint. Vous pouvez l’afficher à partir du menu de l’application sur le panneau supérieur ou en cliquant sur son icône dans le bureau ou en tapant qcontrolcenter dans une boîte de dialogue « Exécuter…​» soulevée avec Alt+F2

L’objectif du panneau de contrôle est de rassembler des applications utiles pour l’administration du système dans tous les gestionnaires de fenêtres. En cliquant sur une catégorie dans le menu de gauche, vous pouvez afficher les applications correspondantes dans le volet de droite. Nous les présenterons sous forme de tableaux. Cela nous donnera l’occasion de présenter les outils d’administration qui ont également une interface utilisateur graphique.

La plupart des outils administratifs doivent être utilisés avec des privilèges administratifs. Le mot de passe du compte root vous sera demandé afin de lancer un outil.

Catégorie

Outil

*Fonction et commentaires

Applications

Dotnew

Cet outil vous permets de gérer es nouveaux (an Anglais: new) fichiers de configuration après avoir mis à jour des paquets. C’est une bonne habitude de l’utiliser après chaque mise à jour. Il vous présentera les fichiers à gérer et vous proposer un choix entre des actions possibles pour chacun d’entre eux.

Applications

Gestionnaire de paquets Gslapt

Gslapt est un frontal graphique de slapt-get. C’est un outil pratique pour effectuer la gestion des logiciels de Slint. Il vous permet de chercher, installer, enlever, mettre à jour et configurer les paquets logiciels.

Applications

Gestionnaire de SlackBuilds Sourcery

Sourcery est un frontal graphique de slapt-src. Il vous permet de chercher des scripts qu’il peut ensuite utiliser pour automatiser le processus de construction de d’installation de paquets logiciels. Il peut aussi enlever et réinstaller des paquets logiciels.

Applications

Application Finder

Recherche et lancement des applications installées sur votre système. Le champ de recherche peut-être plus pratique pour trouver des applications qu’une recherche manuelle dans le menu des applications.

Information

Site Web SlackDocs

Les documents de ce wiki sont principalement destinés à un utilisateur de Slackware, mais beaucoup d’entre eux sont utiles à un utilisateur de Slint. Attention: Certains des outils listés, comme slackpkg, ne doivent pas être utilisés dans Slint.

Information

Documentation Slackware

Cette documentation peut également être utile aux utilisateurs de Slint. Slint est basé sur Slackware.

Information

MATE system monitor

Cet outil affiche des informations sur le système, comme le processus, l’utilisation des ressources (RAM, CPU, trafic réseau) et l’utilisation des systèmes de fichiers.

Information

Slint Documentation

Cela donne un accès local aux documents également disponibles sur le site web de Slint.

Information

Slint Forum

Les personnes dont la langue maternelle n’est pas l’anglais peuvent également poster dans les forums localisés de Salix.

Information

Slint Website

Le site Web de Slint fournit de la documentation, des liens et un moyen de trouver les ISO et les paquets.

Information

Information système

Cet outil collecte des informations sur votre ordinateur, comme ses périphériques connectés (internes et externes), et les affiche en un seul endroit. Il peut également effectuer une analyse comparative du système.

System

Afficher le menu de démarrage

Afficher la disposition du menu de démarrage tel qu’il sera présenté au prochain démarrage.

System

Horloge système

Cet outil vous permet de régler l’horloge système.

System

Keyboard

Cet outil vous permet de configurer la disposition du clavier.

System

Langue du système

Cet outil vous permet de définir la locale du système (langue et particularités géographiques), afin que les applications que vous utilisez affichent les informations dans cette locale (si elle est disponible).

System

System Clock

Cet outil vous permet de définir le fuseau horaire, de choisir si l’horloge doit être synchronisée avec les serveurs Internet (cela est recommandé mais nécessite bien sûr une connexion Internet), et dans le cas contraire, de définir la date et l’heure.

System

System Services

Cet outil permet de choisir les services qui seront activés au démarrage. Par exemple, Bluetooth, le serveur d’impression CUPS ou un serveur web. Ne l’utilisez que pour modifier les paramètres par défaut si vous savez ce que vous faites.

System

Utilisateurs et groupes

Cet outil vous permet d’ajouter, de supprimer et de configurer des comptes et des groupes d’utilisateurs. Il est surtout utile sur les systèmes multi-utilisateurs.

System

GUEFI Boot Manager

Cet outil est une interface graphique de la commande efibootmanager. Il permet d’éditer le menu de démarrage du microprogramme EFI avec des actions telles que l’ajout, la suppression ou la modification de l’ordre des éléments du menu. <System

3.4.7. Terminaux

Vous pouvez taper des commandes en mode graphique comme en mode console, si vous ouvrez une fenêtre avec un terminal dedans. Dans Mate, vous pouvez simplement appuyer sur Ctrl+Alt+t, ou cliquer sur sur l’icône du terminal sur le panneau supérieur, ou ouvrez une boîte de dialogue "Exécuter…​ " en appuyant sur Alt+F2 puis en tapant mate-terminal dans la petite fenêtre qui s’ouvre.

La plupart des informations ci-dessous sur la ligne de commande et le shell en mode Console s’appliquent également à la saisie des commandes dans un terminal. Vous pouvez fermer le mate-terminal en appuyant sur Alt+F4 comme dans n’importe quelle autre fenêtre.

3.4.8. Raccourcis clavier

Nous vous présentons ici les raccourcis par défaut pour le gestionnaire de fenêtres Compiz et le bureau Mate, et comment les personnaliser.

Note

Lorsqu’une touche de liaison comprend un ou plusieurs signes + , appuyez puis maintenez de gauche à droite les touches avant la dernière comme une touche Maj puis appuyez sur la dernière touche.

Raccourcis clavier pour le bureau Mate

Lors de l’utilisation de Mate dans Slint, certaines raccourcis clavier sont les mêmes en utilisant le gestionnaire de fenêtres Marco ou Compiz. Ils sont listés ci-dessous:

Alt+Tab Cycle entre les fenêtres
Maj+Alt+Tab Cycle arrière entre les fenêtres
Contrôle+Alt+Tab Cycle entre les panneaux et le bureau
Maj+Contrôle+Alt+Tab Cycle entre les panneaux et le bureau

Une fois dans un environnement graphique, vous pouvez basculer entre celui-ci et une console. Disons que vous voulez utiliser tty2 (tty1 étant occupé) : Appuyez sur Ctrl+Alt+F2, puis identifiez-vous.
Appuyez sur Ctrl+Alt+F7 pour revenir à l’environnement graphique.

Les mêmes raccourcis clavier généraux sont utilisés dans tous les environnements graphiques, à quelques exceptions près, Mod1 étant généralement la touche Alt gauche :

Mod1+F1 soulève le menu d'application du panneau.
Mod1+F2 soulève une boîte de dialogue 'run...', mais dans Fluxbox (lance lxterminal à la place).

Aussi dans Fluxbox :

Mod1+F3 restarts Fluxbox.
Mod1+F4 ferme la fenêtre concentrée.

Toujours dans Mate, les utilisateurs malvoyants peuvent utiliser la fenêtre compiz à la place ou marco qui est la valeur par défaut.

En tant qu’utilisateur normal, tapez :

gsettings configure org.mate.session.required-components windowmanager compiz

Pour revenir à marco:

gsettings set org.mate.session.required-components windowmanager marco

Ce paramètre prendra effet au prochain démarrage d’une session Mate.

Ou pour faire le changement juste pour le type de session en cours :

compiz --replace &

et pour revenir à Marco :

marco --replace &

Le remplacement prendra effet immédiatement.

Ce paramètre est également disponible graphiquement à partir de mate-tweak, dans la catégorie Windows.

Vous pouvez accéder aux paramètres spécifiques de Compiz simplement en tapant :

ccsm &
Raccourcis clavier pour le gestionnaire de fenêtres Compiz

Dans les paramètres par défaut indiqués ci-dessous la touche ou les boutons de la souris sont nommés comme ceci :

Super: Touche Windows sur la plupart des claviersBouton
Bouton 1 : Bouton gauche de la souris (si utilisé avec la main droite)
Bouton 2 : Bouton central de la souris, ou cliquez à l’aide de la roue de défilement)
Bouton 3 : Bouton droit de la souris (si utilisé avec la main droite)
Bouton 4 : Défilement de la roue vers le haut
Bouton 5 : Défilement de la roue vers le bas
Bouton 6: (je ne sais pas, je pensais que c’était sur les souris pour joueurs)

Les paramètres par défaut répertoriés ci-dessous par catégorie peuvent être modifiés à partir du CCSM. Nous indiquons le nom abrégé du plugin entre crochets.

  1. Catégorie Général

    [core] Options générales ⇒ assignation des touches:
    Fermer la fenêtre = Alt+F4
    Remonter la fenêtre =Control+Bouton6
    Abaisser la fenêtre = Alt+Button6
    Minimiser la fenêtre = Alt+F9
    Maximiser la fenêtre = Alt+F10
    Optimiser la fenêtre = Alt+F5
    Menu de la fenêtre = Alt+Espace
    Menu dela fenêtre = Alt+Bouton3
    Montrer le bureau = Control+Alt+d
    Basculer la fenêtre ombrée = Control+Alt+s

    [matecompat] Compatibilité avec Mate
    Afficher le menu principal = Alt+F1
    Boite de dialogue d’exécution = Alt+F2

  2. Catégorie Accessibilité

    [addhelper] (Rendre la concentration plus aisée en obscurcissant tout sauf la fenêtre active)
    Basculement = Super+p

    [colorfilter] (Filtrer les couleurs pour les besoins d’accessibilité )
    Basculement fenêtre = Super+Alt+f
    Basculement écran = Super+Alt+d
    Commutation du filtre = Super+Alt+s

    [ezoom] Bureau de Zoom amélioré
    zoom_in_button = Super+Bouton4
    zoom_out_button = Super+Bouton5
    zoom_box_button = Super+Bouton2 (zoom arrière pour revenir à la normale)

    [neg] Négatif (basculer les couleurs inversées de la fenêtre ou de l’écran)
    window_toggle_key = Super+n
    screen_toggle_key = Super+m

    [obs] Ajustements d’opacité, de luminosité et de saturation
    opacity_increase_button = Alt+Bouton4
    opacity_decrease_button = Alt+Bouton5

    [showmouse] (Augmenter la visibilité du pointeur de souris)
    initier = Super+k

  3. Catégorie Gestion des fenêtres

    [move] Déplacer la fenêtre
    Initier le déplacement = Alt+Bouton1 (maintenez le bouton 1 tout en déplaçant la souris)
    Initier le déplacement (clavier seul) = Alt+F7 (Esc pour arrêter de se déplacer)

    [resize] Redimensionner la fenêtre
    Initier le redimensionnement = Alt+Bouton 2 (maintenez le bouton 2 tout en déplaçant la souris)
    Initier le redimensionnement (clavier seul) = Alt+F8 (Esc pour arrêter de bouger)

    [switcher] Changement d’application (basculer entre les fenêtres ou les panneaux et le bureau)
    Fenêtre suivante = Alt+Tab (cycle entre les fenêtres)
    Fenêtreprécédente = Maj+Alt+Tab
    Panneau suivant = Control+Alt+Tab (cycle entre les panneaux et le bureau)
    Panneau précédent = Shift+Control+Alt+Tab

Comment ajouter un raccourci clavier personnalisé pour Mate.

Prenons un exemple: nous voulons qu’Alt+F3 démarre firefox. Tapez dans un terminal ou dans la boite de dialogue d’exécution (mise en route en appuyant sur Alt+F2) :

mate-keybinding-properties

Dans la nouvelle fenêtre, vous pouvez utiliser les touches fléchées vers le bas et vers le haut pour naviguer dans la liste des raccourcis clavier existants.

Pour définir une nouveau raccourci, appuyez deux fois sur Tab pour mettre le curseur sur Ajouter, puis appuyez sur Entrée. Dans la petite boîte de dialogue qui a été activée, tapez le nom de la touche personnalisée, comme firefox, appuyez sur Tab, tapez le nom de la commande associée, dans ce cas, firefox, puis appuyez deux fois sur Tab pour mettre le curseur sur Appliquer et appuyez sur Entrée.

Pour activer le nouveau raccourci, naviguer pour le trouver en fin de liste, presse Entrée puis Alt+F3.

La prochaine fois que vous lancez Alt+F3 qui devrait démarrer firefox

3.5. Le shell

Note
Ce chapitre est une brève introduction. Des informations plus détaillées sont fournies dans le document Shell et scripts bash, en majeure partie emprunté à SUSE.

Lorsque l’ordinateur démarre en mode console, après vous être connecté en tapant votre nom d’utilisateur et votre mot de passe, le <<shell,shell> affiche une invite comme celle ci-dessous :
didier@darkstar
Dans cet exemple :

  • didier est le nom d’utilisateur

  • étoile noire le nom de la machine

  • la tilde ~ représente le répertoire personnel de l’utilisateur, dans cet exemple /home/didier

  • le signe dollar $ indique que l’utilisateur est "ordinaire" et non pas un "super utilisateur" (voir ci-dessous).

Le curseur est alors positionné après l’invite.

L’utilisateur peut maintenant taper une commande sur la ligne (d’où le nom de "ligne de commande") et la confirmer en appuyant sur Entrée. Le shell then analyzes the command and execute it if valid, else output a message like for instance "command not found". Vous pouvez éditer la commande avant d’appuyer sur Entrée en utilisant les flèches gauche et droite et les touches Retour arrière, Début, Fin et Supprimer.

Pendant leur exécution, les commandes peuvent afficher ou non une sortie à l’écran. Dans tous les cas après son exécution, l’invite sera à nouveau affichée dans une nouvelle ligne, ce qui signifie que le shell attend que la commande suivante soit tapée.

Pour que cela fonctionne, l’utilisateur doit savoir quelles commandes sont disponibles et leur syntaxe. Certaines commandes sont exécutées par le shell lui-même, d’autres démarrent des programmes externes. Nous donnerons ci-dessous plusieurs exemples de commandes, davantage sont listés dans les Le shell et les scripts bash

Plusieurs interpréteurs de commandes sont disponibles pour Linux ; dans Slint, le shell utilisé par défaut s’appelle bash.

Pour permettre l’exécution de plusieurs programmes en même temps, Linux fournit plusieurs "consoles virtuelles" partageant puis les mêmes clavier et écran, numérotés en partant de 1. Initialement le système démarre dans la console (ou le terminal virtuel) numéro un aussi appelé tty1 (le nom tty est une abréviation de "télétype"). À partir de là, l’utilisateur peut basculer vers une autre console ou tty; par exemple, basculer vers le numéro tty 2 en appuyant sur Alt+F2, où un autre shell demandera de nouveau le nom de l’utilisateur et son mot de passe. Pour revenir à tty1, appuyez sur Alt+F1. Par défaut dans Slint six tty sont disponibles, mais cela peut être modifié en éditant le fichier /etc/inittab.

Lorsque le shell est utilisé dans un environnement graphique (dans un terminal graphique), il se comporte de la même manière mais l’invite est légèrement différente, comme illustré ci-dessous :
didier[~]$`

Vous pouvez basculer entre la console et un environnement graphique :

  • Depuis l’environnement graphique en appuyant par exemple sur Ctrl+Alt+F3 pour aller à tty3. La première fois que vous allez sur un tty vous devrez taper votre identifiant et votre mot de passe.

  • À partir d’une console ou en appuyant sur Alt+F7 si l’environnement graphique est déjà en cours d’exécution, sinon tapez startx pour le démarrer.

3.5.1. Saisie de commandes en tant que "root"

root est le nom conventionnel du "super utilisateur" qui a tous les droits pour effectuer des tâches administratives, y compris celles qui pourraient endommager ou même détruire le système.

Vous pouvez (mais ce n’est pas recommandé pour les débutants) vous connecter directement en tant que root. Pour faire ce type root en tant qu’utilisateur, puis le mot de passe de root. Pour vous informer (et vous avertir des risques et responsabilités associés), l’invite ressemblera à ceci :
root@darkstar:s~#
le caractère # (signe du nombre, aussi couramment nommé hash) indique que les commandes seront tapées en tant qu’utilisateur root (pas en tant qu’utilisateur ordinaire), avec les droits associés, mais aussi les risques et les responsabilités.

Si vous êtes déjà connecté en tant qu’utilisateur normal, vous pouvez "devenir root" en tapant :
su -
puis en appuyant sur Entrée. Dans cette commande, su (quisignifie "Super Utilisateur") est le nom de la commande, et le caractère - (symbole trait d’union, aussi nommé signe moins) indique que vous ouvrez un "shell de connexion": on vous demandera d’abord le mot de passe de root, puis vous êtes être redirigé vers son répertoire personnel /home/root, comme si vous vous étiez connecté en tant que root au démarrage. Cela évitera que vous écriviez par inadvertance des fichiers dans votre répertoire personnel en tant qu’utilisateur ordinaire (/home/didier dans l’exemple) ce qui causera des problèmes plus tard.

L’utilisateur normal enregistré lors de l’installation et les autres utilisateurs membres du groupe 'wheel' peuvent également taper des commandes réservées à root en précédant le nom de la commande par 'sudo' comme ceci par exemple :
sudo update-grub

3.6. Comment résoudre les problèmes de bloquants

Par "problème de blocage", nous entendons "un problème qui empêche d’utiliser Slint" comme:

  • Le système ne démarre pas.

  • Le système démarre, mais la séquence de démarrage est interrompue. Clea peut arriver si par exemple le partition système ne peut être montée à cause d’un erreur dans le fichier /etc/fstab, le systême de fichier de cette partition est corrompu, le module du noyau nécressaire pour monter cette partition est manquant ou vous ne vous souvenez pas du mot de passe de "root".

Si le système ne démarre pas complètement, essayez chacune des solutions ci-dessous une par une jusqu’à ce que l’une d’elle fonctionne.

  1. Si cela se produit après une mise à jour du noyau, essayez la deuxième entrée de démarrage au lieu de la première.

  2. Essayez de démarrer à partir de la clé de démarrage de secours que vous avez demandée à la fin de l’installation.

  3. Sautez dans Slint pour le réparer, comme expliqué ci-dessous.

Vous pouvez toujours obtenir de l’aide en envoyant un courriel à slint@freelists.org pour fournir toute l’information qui pourrait aider à enquêter sur la question. Si ce n’est pas déjà fait, abonnez-vous d’abord à la liste de courriel slint-request@freelists.org avec le sujet "subscribe", puis répondez au courriel que vous recevrez. Uniquement si vous avez un problème à l’aide du courrier électronique, demandez de l’aide dans le canal IRC #slint, serveur irc.libera.chat et restez dans le canal jusqu’à ce que quelqu’un réponde.

Nous allons maintenant expliquer comment faire un saut dans Slint pour le réparer.

3.6.1. Démarrez l’installateur et identifiez la partition racine de Slint

Si la séquence de démarrage est interrompue, sautez dans Slint depuis son installateur pour essayer de résoudre le problème. Insérez ou branchez le support d’installation (clé USB ou DVD où vous avez écrit l’ISO d’installation) puis suivez les instructions ci-dessous.

  1. Démarrez l’installateur.

  2. Dès que connecté en tant que racine, pour lister les disques et partitions, tapez :

    lsblk -lpo name,size,fstype
  3. Trouvez dans la sortie le nom de la partition racine de Slint, en vérifiant sa taille et le type de système de fichiers, étiquetés FSTYPE.

  4. Monter cette partition

    mount /dev/sda3 /mnt
    Note

    Si le système de fichiers racine de Slint est btrfs (comme indiqué par la sortie de "lsblk") vous devez le monter à l’aide des options mentionnées dans son /etc/fstab.

    Dans ce cas, vous devez utiliser les mêmes options que dans Slint pour btrfs, donc tapez à la place:

    mount /dev/sda3 /mnt -o subvol=/@,compress=zstd:3
  5. Vérifiez que la partition est la bonne. Par exemple, s’il s’agit de /dev/sda3, tapez :

    cat /etc/mnt/etc/slint-version

    En supposant que vous avez installé Slint64-15.0, la sortie devrait être : Slint 15.0

    Si la sortie est « fichier non trouvé », la partition n’est pas celle que vous avez recherchée. Dans ce cas seulement, tapez :

    umount /mnt

    puis essayez-en une autre, en revenant à la liste des disques et des partitions.

3.6.2. Émettre les commandes nécessaires pour sauter dans Slint

  1. monter les systèmes de fichiers /proc /sys et /dev en tapant :

    mount -B /dev /mnt/dev
    mount -B /proc /mnt/proc
    mount -B /dev /mnt/sys
  2. Exécutez les commandes suivantes pour "sauter" dans votre Slint et monter tous les périphériques mentionnés dans le fichier /etc/fstab:

    chroot /mnt
    mount -a

3.6.3. Réparer Slint depuis Slint

Depuis Slint, vous pouvez modifier le système pour résoudre le problème. Voici quelques exemples:

  • Exécutez "update-grub".

  • Exécutez "grub-emu" ou "list_boot_entries"

  • Réinstallez GRUB à l’aide de la commande "grub-install drivename", drivename étant l’unité où installer Slint.

  • Tapez "passwd" pour changer le mot de passe pour root.

  • Supprimer, installer ou mettre à jour les paquets.

    1. Une fois terminé, enlevez le support d’installation puis tapez :

      exit
      reboot

4. Accessibilité

Si vous avez choisi de garder la parole quand on vous l’a demandé au début de l’installation, elle sera activée à partir dès le démarrage dans une console comme dans les environnements graphiques.

4.1. Utiliser de avec une plage braille

Slint inclut le logiciel brltty pour gérer les afficheurs braille.

Vos paramètres, effectués avant de démarrer sur la ligne de commande ou plus tard, sont enregistrés dans le système installé dans le fichier /etc/brltty.conf.

Un manuel complet pour brltty est disponible en anglais, Français et portugais dans plusieurs formats, y compris le texte brut (txt) à cette URL : https://mielke.cc/brltty/doc/Manual-BRLTTY/

Si le braille n’a pas été activé pendant l’installation ou a été désactivé, pour l’activer faites ceci :

  1. Rendez /etc/rc.d/rc.brltty exécutable en tapant en tant que root :

    chmod 755 /etc/rc.d/rc.brltty
  2. Faites partie du groupe braille, en tapant en tant que root :

    usermod -G braille username

    Dans la commande ci-dessus, remplacez username par votre nom d’utilisateur.

Pour désactiver le braille taper en tant que root :

chmod 644 /etc/rc.d/rc.brltty

4.2. La parole dans les environnements graphiques

Rappelons que la parole dans les environnements graphiques en utilisant le lecteur d’écran Orca est activée en tapant :

orca-on

Pour savoir comment utiliser Orca, y compris ses raccourcis clavier spécifiques, tapez :

man orca

En bref, dans un environnement graphique :

Insert+Space: display the Orca Preferences dialog.
Insert+S: activate or deactivate the vocal synthesis.
Insert+H: activate the learning mode. In this m	ode:
   Press a key to hear its function
   F1: to hear the documentation of the screen reader
   F2: list the keyboard shortcuts for Orca
   F3: list the keyboard for the current application
   Esc: end of the learning mode

4.3. Voices and TTS in Slint.

Following TTS (Text to Speech synthesizers) are shipped in Slint64-15.0.2, each with a set of voices, namely:
espeak-ng
flite
pico
mbrola
RHVoice

La plupart du temps, ces TTS et les voix et langues associées sont gérées par l’application speech-dispatcher au travers de ses "modules" (en gros, un module est associé à un TTS).

L’utilitaire maison spd-list peut répondre à plusieurs questions sur les synthétiseurs, les voix et les langages disponibles. Taper spd-list affiche ceci :

This script lists languages and synthesizers available for applications
relying on Speech Dispatcher, like Orca or speech-up. Each command below answers the question following it.
Don't type the quotes surrounding the command.
"/usr/bin/spd-list" usage?
"/usr/bin/spd-list -s" available synthesizers?
"/usr/bin/spd-list -l" available languages codes?
"/usr/bin/spd-list -ls <synthesizer>" languages available for this synthesizer?
"/usr/bin/spd-list -sl <language code>" synthesizers providing voices in this language?
Le code de langue a le plus souvent deux caractères, comme 'en' 'es' ou 'fr'

Toutes les voix listées sont disponibles dans Orca et speechd-up, et aussi fenrir si configuré pour utiliser le speech-dispatcher.

Vous pouvez obtenir des voix supplémentaires pour flite et mbrola, associées aux modules flite-generic et espeak-ng-mbrola-generic.

Vous pouvez toujours savoir lesquelles sont installées ou non en tapant en tant que root :

slapt-get --search mbrola-voice
slapt-get --search flite-voice

puis installez l’un de celles qui n’ont pas encore été installés, comme par ex.

slapt-get -i mbrola-voix-it2

En plus des voix gratuites (comme dans "bière gratuite") incluses dans Slint, vous pouvez acheter des voix pour :
voxin, https://oralux.org/voice.php
voxygen, en envoyant un courriel à contact@hypra.fr

Plus de voix et de synthétiseurs pourraient être disponibles plus tard, cela sera annoncé sur la liste de diffusion Slint et ce ChangeLog

Les raccourcis clavier pour les environnements graphiques sont listés dans Raccourcis clavier.

4.4. Utiliser le gestionnaire de connexion lightdm avec la parole

Dans légèreté, appuyez sur F4 pour activer ou désactiver la parole. Initialement le curseur se trouve dans le champ mot de passe. Appuyez sur Tab pour accéder au "bouton de connexion", puis à la liste des utilisateurs. Dans cette liste en appuyer sur espace affiche l’utilisateur actuellement sélectionné. Utilisez les flèches pour en choisir un autre puis tapez le mot de passe correspondant. Au lieu de cela, choisir "Autre…​;" ajoute un champ où vous pouvez taper le nom d’utilisateur d’un utilisateur non listé. Toujours dans lightdm, F10 fait apparaître un menu permettant de redémarrer ou d’arrêter, et Alt+F4 fait apparaître directement une interface utilisateur avec des boutons d’arrêt ou d’annulation.

4.5. Choisir un lecteur d’écran pour la console

Slint fournit ces lecteurs d’écran de console:
espeakup
speehchd-up
fenrir

En outre, plusieurs synthétiseurs vocaux peuvent être utilisés en mode console avec speakup.

Pour choisir un lecteur d’écran, exécutez en tant que root cette commande :

speak-with

Voici sa sortie sans argument :

root[~]# speak-with
Usage: /usr/sbin/speak-with <screen reader> or <hard synthesizer> or none
Choisir un lecteur d'écran pour la console to talk with among:
  espeakup (Console screen reader connecting espeak-ng and speakup)
  fenrir (Modular, flexible and fast console screen reader)
  speechd-up (Console screen reader connecting Speech Dispatcher and speakup)
or use one of the supported hard synthesizers:
  acntsa apollo audptr bns dectlk decext ltlk soft spkout txprt
or type  "/usr/sbin/speak-with none" to mute all screen readers.
root[~]#

Les synthétiseurs de voix matériels énumérés sont ceux disponibles dans le noyau en cours d’exécution ou fournis en tant que modules.

Exemple de commandes et de sortie associées:

root[~]# speak-with speechd-up
Starting speechd-up
Should speechd-up be also started at next boot? [Y/n]
OK
racine[~]# Terminé.

Dès que vous tapez la commande, le lecteur d’écran précédemment utilisé sera arrêtés et speechd-up commencera à parler.

Si vous répondez Y (la valeur par défaut) à la question :
Should speechd-up be also started at next boot?
spechd-up sera toujours utilisé au prochain démarrage.
Si à la place vous répondez n le lecteur d’écran utilisé avant de taper speak-with speechd-up sera utilisé après le démarrage suivant.

Autres exemples:

root[~]# speak-with apollo
Stopping speechd-up...
Should apollo be also used at next boot? [Y/n]
OK
root[~]# Done.

root[~]# speak-with none
Do you also want a mute console at next boot? [Y/n]
OK
root[~]#

4.6. Configure a console screen reader.

Slint gère les synthétiseurs matériels vocaux à l’aide de haut-parleurs et fournit les lecteurs d’écran espeakup et de speechd-up.

Vous pouvez enregistrer les réglages que vous faites, par exemple pour augmenter ou diminuer la vitesse de la parole ou le volume sonore. Tapez simplement en tant que root : speakup-save Cela enregistre tous les paramètres actuels, y compris ceux spécifiques au synthétiseur matériel en cours d’utilisation, le cas échéant.

Tous ces paramètres seront restaurés au prochain démarrage : les scripts de démarrage rc.espeakup et rc.speechd-up exécutent la commande speakup-restore pour vous.

Si vous ne souhaitez pas restaurer les paramètres sauvegardés, entrez en tant que root :
chmod -x /usr/sbin/speakup-restore

Si vous voulez qu’ils soient restaurés à nouveau tapez en tant que root :
chmod +x /usr/sbin/speakup-restore

Voici quelques raccourcis clavier pour les paramètres de speakup ainsi que speechd-up :

spk_f9 diminue le niveau de ponctuation
spk_f10 augmente le niveau de ponctuation
spk_f11 diminue le niveau de ponctuation à la lecture
spk_f12 augmente le niveau de ponctuation à la lecture
spk_1 diminue le volume du son (ne fonctionne pas avec speechd-up)
spk_2 augmente le volume du son (ne fonctionne pas avec speechd-up)
spk_3 diminue la hauteur du son (ne fonctionne pas avec speechd-up)
spk_4 augmente la hauteur du son (ne fonctionne pas avec speechd-up)
spk_5 diminue la vitesse de lecture
spk_6 augmente la vitesse de lecture

Dans la table ci-dessus spk est la touche speakup : CapLock, ou Ins/0 sur un pavé numérique. Par exemple, pour augmenter la vitesse de lecture vous pouvez appuyer et maintenir enfoncé la touche CapsLock puis appuyer sur la touche 6.

Certains paramètres disponibles uniquement sur des synthétiseurs matériels spécifiques n’ont pas de raccourcis claviers associés. Ensuite, pour définir une nouvelle valeur que vous l’indiquez par la commande "echo" dans /sys/accessibility/speakup/<synthétiseur>/<paramètre>

Par exemple, pour changer la voix utilisée par un apollo 2, vous pouvez écrire :
echo 2 > /sys/accessibility/speakup/apollo/voice

speakup-save enregistrera également ce réglage.

Avertissement : Je n’ai jamais utilisé de synthétiseur vocal matériel, donc l’explication ci-dessous est seulement une hypothèse basée sur le pilote speakup_apollo, compatible avec ce manuel, trouvé dans :
https://archive.org/stream/DolphinApollo2Manual/Dolphin_Apollo_2_Manual_djvu.txt

4.6.1. Raccourcis pour claviers avec pavé numérique

Presque toutes les clés listées ci-dessous se trouvent sur le pavé numérique. La touche Insertion ou 0 sur le pavé numérique agit comme une touche Maj. Par exemple, Ins 2 signifie « Maintenir la touche Insérer enfoncée comme une touche Maj. et appuyer sur 2 ». Désactivez le verrouillage des touches numériques pour utiliser Speakup.

Portée : ces raccourcis clavier peuvent être utilisés avec des synthétiseurs matériels et avec espeakup, ainsi qu’avec speechd-up.

Premiers raccourcis à retenir :

ImpressionÉcran Activer/désactiver Speakup
Ins F1 Aide de Speakup (appuyer sur Espace pour quitter l'aide)

Raccourcis utilisés pour l’examen de l’écran:

1/2/3 Dire le caractère Précédent/Actuel/Suivant
Maj PageHaut Dire le premier caractère
Maj PageBas Dire le dernier caractère
4/5/6 Dire le mot Précédent/Actuel/Prochain
5 deux fois Épeler le mot en cours
Ins 5 Épeler le mot en cours phonétiquement
7/8/9 Dire la ligne Précédente/Courante/Prochaine
Ins 4 Dire du bord gauche de la ligne au curseur de lecture.
Ins 6 Dire du curseur de lecture au bord droit de la ligne.
Ins 8 Dire du haut de l'écran jusqu'au curseur de lecture.
Ins plus Dire du curseur de lecture jusqu'au bas de l'écran.
plus Dire tout l'écran.
Ins r dire tout le documents
point dire la position
Ins point Dire les attributs
Ins moins dire les valeurs hexadécimale et décimale du caractère.
moins Parquer le curseur de lecture (bascule)
Inser 9 Déplacer le curseur de lecture vers le haut de l'écran (Inser Pager en haut)
Inser 3 Déplacer le curseur de lecture vers le bas de l'écran (Inser Page en bas)
Inser 7 Déplacer le curseur de lecture vers le bord gauche de l'écran (Inser Début)
Inser 1 Déplacer le curseur de lecture vers le bord droit de l'écran (Inser Fin)
Ctrl 1 Déplacer le curseur de lecture jusqu'au dernier caractère sur la ligne courante.
astérisque Activer/désactiver le curseur
Ins astérisque n<x|y aller à la ligne (y) ou à la colonne (x). Où 'n' est une valeur autorisée
               pour la ligne ou la colonne de votre écran actuel.
Inser F2 Définir la fenêtre
Inser F3 Effacer la fenêtre
Inser F4 Activer la fenêtre

Autres raccourcis :

Inser F5 Edit quelques
Inser F6 Edit la plupart
Inser F7 Edit délimiteur
Inser F8 Edit répéter
Inser F9 Edit exnum

Enter muet (jusqu'àla frappe d'une autre touche) et synchronisation du curseur de lecture.
Inser Entrée muet (juqu'à réactivation avec le même raccourci)

Barre oblique Marquer et couper la zône de l'écran.
Colle la zone de l'écran dans n'importe quelle console.

4.6.2. Raccourcis pour clavier sans pavé numérique

Ces raccourcis clavier (pour la disposition du clavier américain) n’ont pas besoin d’un pavé numérique. Si vous en avez une, utilisez les raccourcis pour clavier avec pavé numérique plus faciles à utiliser, surtout si vous utilisez une autre disposition de clavier que "us".

La touche CapsLock (verrouillage des majuscules) agit comme une touche Majuscule.
Par exemple, CapsLock 2 signifie « Maintenir la touche CapsLock enfoncée comme une touche Maj et appuyer sur 2 ».
Désactivez le verrouillage pour utiliser Speakup.

Portée : ces raccourcis clavier peuvent être utilisés avec des synthétiseurs matériels et avec espeakup, ainsi qu’avec speechd-up.

Premiers raccourcis à retenir :

ImpressionÉcarn Activer/désactiver Speakup
CapsLock F1 Aide de Speakup (appuyer sur Espace pour quitter l'aide)

Raccourcis utilisés pour l’examen de l’écran:

CapsLock m/virgule/point Dire le caractère Précédent/Courant/Suivant
CapsLock PageHaut Dire le premier caracatère
CpasLock PageBas Dire le dernier caractère
CapsLock j/k/l Dire le mot Précédent/Courant/Suivant
CpasLock k deux fois Épeler le mot courant
CapsLock u/i/o Dire la ligne Précédente/Courant/Suivant
CapsLock h Dire depuis le bord gauche de la ligne jusqu'au curseur de lecture.
CapsLock point-virgule Dire du curseur de lecture jusqu'au bord droit de la ligne
CapsLock y Dire du haut de l'écran jusqu'au curseur de lecture
CapsLock p Dire du curseur de lecture jusqu'au bas de l'écran.
CapsLock apostrophe Dire tout l'écran.
Capslock r Lire tout le document.
CapsLock n Dire la position
CapsLock barre oblique Dire les attributs
CapsLock moins parquer le curseur de lecture (bascule)
CapsLock F2 Définir la fenêtre
CapsLock F3 Effacer la fenêtre
CapsLock F4 Activer la fenêtre

Autres raccourcis :

CapsLock F5 Editer quelque
CapsLock F6 Edit la plupart
CapsLock F7 Délimit et la zone d'édition
CapsLock F8 Répéter l'édition
Maj CapsLock F9 Editer exnum

4.7. Faire parler emacs

Vous pouvez utiliser emacspeak ou speakchd-el. Pour activer ou désactiver un de ces logiciels, tapez comme utilisateur ordinaire une de ces commandes :

switch-on emacspeak
switch-on speechd-el
switch-off emacspeak
switch-off speechd-el

Puis tapez simplement :
emacs

Activer l’un de ces logiciels désactive l’autre.

5. Gérer votre système

5.1. Software management in Slint.

5.1.1. Les bases

Dans Slint les logiciels sont fourni sous forme de paquets. Un paquet est un ensemble de fichiers fournis dans un fichier d’archive compressé, mis ensemble pour fournir tout ce qui est nécessaire pour exécuter le logiciel. Les paquets sont inclus dans l’ISO d’installation et stockés dans des serveurs distants à partir desquels ils peuvent être téléchargés et installés. Installer un paquet signifie extraire les fichiers du fichier d’archive et les copier dans un répertoire du système.

L’installation et la suppression des logiciels sont enregistrées dans une base de données composée de fichiers texte dans ces répertoires :

/var/lib/pkgtools/packages
/var/log/removed_packages
/var/lib/pkgtools/scripts
/var/log/removed_scripts

Les fichiers dans /var/lib/pkgtools/packages enregistrent des informations sur les paquets, principalement leur contenu : la liste des fichiers qu’ils contiennent et où ils sont installés.

Les commandes principales pour gérer les paquets sont listées ci-dessous. Tous ont des pages de manuel associées.

Ces commandes requièrent des droits d’administration, associés à un compte spécifique nommé 'root', pour lequel vous avez spécifié un mot de passe lors de l’installation de Slint.

Pour lancer une commande en tant que 'root', tapez d’abord su - puis entrez le mot de passe pour root et tapez la commande.+ ou utilisez sudo.

Les commandes ci-dessous peuvent être exécutées à partir d’un terminal graphique ou dans une console, mais gslapt ne fonctionne que dans un environnement graphique.

installpkg # pour installer un paquet stocké localement.
removepkg # pour supprimer un paquet installé.
upgradepkg # pour remplacer un paquet installé par un autre (généralement avec le même nom mais avec une autre version).
slapt-get # pour installer, supprimer, mettre à jour les paquets stockés dans les dépôts répertoriés dans /etc/slapt-get/slap-getrc

Les paquets fournis dans l’ISO d’installation proviennent des dépôts répertoriés dans /etc/slapt-get/slapt-getrc

Faites-vous une faveur : lisez les commentaires dans /etc/slapt-get/slapt-getrc et /usr/doc/slapt-get-0.10.2t/README.slapgetrc.Slint dans le système installé.

Après avoir installé Slint, vous serez informé des mises à jour des paquets installés provenant des référentiels répertoriés dans /etc/slapt-get/slapt-getrc

Vous pouvez installer des paquets supplémentaires à l’aide de la commande slapt-get ou de l’application graphique gslapt, s’ils sont stockés dans un dépôt répertorié dans /etc/slapt-get/slapt-getrc

slapt-get et gslapt fournissent une fonction de recherche qui vous aide à trouver des paquets.

Warning
vous pouvez utiliser slapt-get, gslapt et removepkg pour supprimer les paquets installés mais ne supprimez pas les paquets inclus dans l’ISO Slint, même si vous ne les utilisez pas du tout. La suppression d’un paquet inclus n’entraînera aucune accroissement des performances et pourrait empêcher d’autres applications de s’exécuter. De plus, si vous avez ajouté un paquet qui n’est pas inclus dans Slint, vous pouvez le supprimer, mais faites attention à ce que le paquet supprimé ne soit pas une dépendance des autres paquets que vous avez également installés et que vous avez l’intention de continuer à utiliser.

5.1.2. Gardez votre système à jour

Gardez votre système en sécurité en installant les mises à jour logicielles fournies par Slint dès qu’elles sont disponibles.

Toutes les mises à jour sont listées dans le ChangeLog : http://slackware.uk/slint/x86_64/slint-15.0/ChangeLog.txt

Après l’installation de Slint ou tout changement dans le fichier /etc/slapt-get/slapt-getr exécutez cette commande une fois :

slapt-get --add-keys

Pour synchroniser la liste locale des paquets disponibles avec celle du dépôt, cette commande est automatiquement exécutée toutes les deux heures :

slapt-get -u

Vous pouvez également l’exécuter manuellement.

Cela nécessite bien sûr que la machine soit connectée à Internet.

Pour télécharger et installer les paquets mis à jour ou reconstruits, exécutez en tant que root la commande suivante :

slapt-get --upgrade

Vous pouvez également utiliser gslapt, une interface graphique pour slapt-get.

Pour obtenir de nouveaux paquets listés dans le ChangeLog comme "Ajouté", tapez :

slapt-get -i <nom de paquet>

ou pour vous assurer que vous avez installé tous les paquets fournis dans Slint, y compris ceux ajoutés au dépôt après avoir installé Slint, tapez:

slapt-get --install-set slint

Sur les bureaux, une petite icône est affichée dans la zone de notification d’un panneau (le panneau supérieur de MATE) pour avertir des mises à jour logicielles disponibles. Il suffit de faire un clic gauche dessus et de suivre les instructions qui y sont mentionnées.

Sachez que certains paquets sont sur la liste noire dans /etc/slapt-get/slapt-getrc, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas être automatiquement mis à jour ou installés.

5.1.3. Mise à jour du noyau

De nouveaux noyaux sont fournis chaque fois que nécessaire, soit pour apporter des correctifs de sécurité ou des améliorations.

Habituellement, aucune intervention manuelle de l’utilisateur n’est nécessaire lorsque cela se produit, mais il peut être utile de savoir comment la mise à jour du noyau est effectuée et quoi faire si quelque chose d’inattendu se produit.

Plusieurs paquets incluent des fichiers associés à chaque noyau, à savoir : kernel-generic, kernel-modules, kernel-source, kernel headers. kernel-source et kernel-headers contiennent des fichiers utilisés pour construire des logiciels, seuls kernel -generic et kernel-modules sont nécessaires pour faire fonctionner un système Slint.

Le paquet kernel-modules contient des fichiers appelés modules, qui sont des morceaux de code « branchés » sur e noyau pour fournir une fonctionnalité spécifique ou gérer un matériel spécifique.

Dès que le paquet du noyau et le paquet kernel-modules associés sont installés, le script /sbin/wrapupgradepkg construit un initrd associé à ce noyau (avec les modules pris à partir de le paquet kernel-modules) et l’installe en même temps que le noyau dans le répertoire /boot.

Ensuite, les noyaux précédents (pas utilisés au moment de la mise à jour) sont supprimés.

Ensuite, le script met à jour le fichier de configuration GRUB /boot/grub/grub.cfg, lu par le chargeur du système d’exploitation pour construire le menu d’amorçage.

Ce menu de démarrage inclura alors au moins deux entrées chacune indiquant un noyau et son initrd à utiliser. Depuis le haut :

  • Une entrée de démarrage pour démarrer Slint en utilisant le nouveau noyau qui vient d’être installé.

  • Une entrée de démarrage pour démarrer Slint en utilisant le noyau utilisé au moment de la mise à jour.

Cela fournit une sorte de "filet de sécurité" au cas où Slint ne démarrerait pas avec le nouveau noyau : dans ce cas, presser la touche flèche vers le bas une fois lorsque le menu de démarrage est affiché pour démarrer Slint avec le noyau précédent

Vous pouvez prévisualiser le nouveau menu de démarrage avant de redémarrer, en tapant en tant que root:

grub-emu

Ensuite, un menu d’amorçage émulé ou "fake" s’affiche, avec la même disposition que celle qui sera affichée lors de la prochaine initialisation.

Vous pouvez y naviguer avec les flèches vers le bas et vers le haut pour mettre en surbrillance (mettre le focus sur) une entrée de démarrage dont vous pouvez afficher les détails en appuyant sur 'e'. Vous pouvez revenir au menu en appuyant sur Échap.

Pour quitter grub-emu appuyez sur c puis tapez exit et appuyez sur Entrée.

Vous pouvez également taper en tant que root :

list_boot_entries

5.1.4. Obtenir des applications supplémentaires

La façon la plus simple d’obtenir des applications supplémentaires ne sont fournies dans Slint est d’utiliser slapt-get ou son interface graphique. Cela vous donne accès à tous les paquets des dépôts activés dans /etc/slapt-get/slapt-getrc par défaut en plus du dépôt Slint :

  • Le dépôt Slackware, avec des informations sur les dépendances : SOURCE=https://slackware.uk/salix/x86_64/slackware-15.0/:OFFICIAL

  • Le dépôt supplémentaire de Salix, alimenté pour la distribution Salix par son responsable George Vlahavas aka gapan mais utilisable également dans Slint : SOURCE=https://slackware.uk/salix/x86_64/extra-15.0/:OFFICIAL

Si l’application que vous voulez n’est ni installée ni disponible dans l’un des dépôts activés dans /etc/slapt-get/slapt-getrc vous pouvez créer un paquet pour cela, en utilisant le matériel de construction fourni par des volontaires à https://slackbuilds.org. Pour savoir comment procéder, lisez https://slackbuilds.org/howto/ et https://slackbuilds.org/faq/

Les paquets construits de cette façon devraient être compatibles avec Slint.

L’application slapt-src et son interface graphique sourcery vous permettent de construire et d’installer des paquets en utilisant le matériel de compilation fourni sur https://slackbuilds.org, à utiliser en tant que root ou en utilisant sudo.

Nous décrirons slapt-src dans plus de détails.

Note

[NOTE]Les paquets pré-construits pour la plupart des applications qui peuvent être construites avec slap-src ou sourcery sont disponibles dans le dépôt supplémentaire de Salix. Installez de préférence ces paquets précompilés en utilisant slapt-get ou gslapt, à moins que vous ayez besoin d’options de compilation spécifiques ou d’une version différente de celle fournie.

Utilisation de slapt-srcrc

Le script de configuration par défaut pour slapt-src est /etc/slapt-get/slap-srcrc et a ce contenu :

BUILDDIR=/var/lib/slapt-src
PKGEXT=txz
SOURCE=https://slackbuilds.org/slackbuilds/15.0/

Ainsi :

  • Tous les matériaux de constructon et paquets de construction iront dans /var/lib/slapt-src

  • Les noms des paquets compilés se terminent par .txz

  • Le matériel de construction est récupéré depuis le dépôt https://slackbuilds.org/slackbuilds/15.0/

Voici la sortie de la commande slapt-src --help:

Usage: slapt-src [option(s)] [action] [slackbuild(s)]
  -u, --update           mettre à jour le cache local des slackbuilds distants
  -U, --upgrade-all      mettre à jour tous les slackbuilds installés
  -l, --list             lister les slackbuilds disponibles
  -e, --clean            vider le répertoire des slackbuilds
  -s, --search           chercher les slackbuilds disponibles
  -w, --show             montrer les slackbuilds  spécifiés
  -i, --install          récupérer les slackbuilds spécifiés, construire et installer les paquets correspondants
  -b, --build            récupérer les slackbuilds spécifiés et construire les paquets correspondants sans les installer
  -f, --fetch            seulement récupérer les slackbuilds spécifiés
  -v, --version
  -h, --help
 Options:
  -y, --yes              ne rien demander
  -t, --simulate         montrer ce qui sera fait
  -c, --config=FILE      utiliser le fichier de configuration FILE
  -n, --no-dep           ne pas considérer les dépendances
  -p, --postprocess=CMD  exécueter la comande CMD sur les paquets générés
  -B, --build-only       applicable seulement à  --upgrade-all
  -F, --fetch-only       applicable seulement à --upgrade-all

Commentons certaines de ces options :

  • Utilisez -u ou --update à chaque fois pour mettre à jour la liste des paquets qui peuvent être compilés et installés. Cette commande écrit le fichier /tmp/slapt-src/slackbuilds_data, en remplaçant le précédent le cas échéant.

  • Utilisez -e pour économiser de l’espace sur le disque, en supprimant la plupart des fichiers dans /var/lib/slapt-src/

  • ne pas utiliser -U excepté pour lister les mises à jour possibles ou les rétrogradations, sans confirmation : la confirmation conduirait à remplacer tous les paquets Slint par une autre version si disponible dans le référentiel distant, peut-être en cassant les logiciels non compatible avec cette autre version.

  • -i peut également mettre à jour un package déjà installé à partir de https://slackbuilds.org, si un responsable du script SlackBuild l’a mis à jour, changeant la variable VERSION.

  • Utilisez -f pour télécharger uniquement les fichiers dans https://slackbuilds.org pour le logiciel cible. Cela peut être utile si vous voulez vérifier la construction ou personnaliser la construction. Par exemple, supposons que vous souhaitiez extraire le matériau de construction pour le logiciel mxml. La commande ci-dessous donne quelques informations sur le logiciel et les fichiers stockés dans https://slackbuilds.org pour cela :

    slapt-src --show mxml
    SlackBuild Name: mxml
    SlackBuild Version: 3.1
    SlackBuild Category: libraries/mxml/
    SlackBuild Description: mxml (Lightweight xml parsing library)
    SlackBuild Files:
     README
     mxml.SlackBuild
     mxml.info
     slack-desc

    Récupérez maintenant ces fichiers et aussi l’archive source depuis le dépôt amont avec la commande suivante :

    slapt-get -f mxml

    Sachant à partir de la sortie de la commande précédente que les fichiers sont stockés dans le sous-répertoire libraries/mxml, vous pouvez vérifier quels fichiers ont été téléchargés avec cette commande :

    ls -1 /var/lib//slapt-src/libraries/mxml
    mxml-3.1.tar.gz
    mxml.SlackBuild
    mxml.info
    slack-desc
  • Utilisez -b si vous voulez construire un paquet, mais pas encore l’installer. Dans l’exemple ci-dessus, il sera stocké dans /tmp/slapt-src/libraries/mxml, donc vous pourrez l’installer ensuite juste en tapant :

    upgradepkg --install-new /tmp/slapt-src/libraries/mxml/xml*txz
  • Utilisez -c si vous voulez utiliser un fichier de configuration personnalisé au lieu du fichier par défaut /etc/slapt-get/slap-getrc

5.2. Manage users and groups.

Deux commandes sont fournies pour gérer les utilisateurs et les groupes:

  • La commande usersetup (en mode texte)

  • La commande gtkusersetup (en mode graphique, avec une icône dans le Centre de Contrôle Slint, catégorie Système)

Ces commandes vous permettent d’ajouter ou de supprimer des utilisateurs et des groupes d’utilisateurs, et d’ajouter des utilisateurs à des groupes.

Gardez à l’esprit que chaque compte utilisateur est associé par défaut à son espace dans le répertoire /home . Par exemple, si vous ajoutez un utilisateur leonie, un dossier /home/leonie sera créé, auquel seul cet utilisateur (et root) sera autorisé à accéder.

5.3. Changer la langue par défaut du système

Deux commandes sont prévues pour cela :

  • La commande localesetup (en mode texte).

  • La commande gtklocalesetup (en mode graphique, avec une icône dans le Centre de Contrôle Slint, catégorie Paramètres)

Gardez à l’esprit que ces paramètres changent la langue utilisée par les interfaces des applications si elles sont internationalisées, et non la disposition du clavier (voir ci-dessous).

De plus, des paquets localisés (si disponibles) correspondant à la langue choisie ont déjà été installés à la fin de l’installation de Slint. Si vous changez ensuite la langue par défaut, vous devrez installer les paquets correspondants si vous le souhaitez.

Localisé signifie "fourni dans une région donnée", la locale étant une langue plus des particularités associées à une zone géographique. Par exemple, le portugais parlé au Portugal et au Brésil diffèrent. Dans les noms de paquets localisés, l10n est une abréviation de « localisation » signifiant « lettre l, 10 autres lettres, lettre n ».

Les paquets traduits sont inclus pour de nombreuses langues. Leur nom inclut le nom du paquet de base, un trait d’union, puis le code de la langue. Nous listons ci-dessous les noms de base des paquets localisés :

Nom du paquet de base

Description

aspell

listes de mots pour vérification orthographique

libreoffice-l0n

suite bureautique LibreOffice localisée

libreoffice-help

aide localisée pour LibreOffice

Pour rechercher un package localisé, entrez un émulateur de terminal comme racine (exemple pour libreoffice-l10n):
` spi libreoffice-l10n `

Ceci affichera la liste de tous les paquets localisés de LibreOffice. Trouvez celui que vous voulez et installez-le. Par exemple, pour Persan, le code de langue est fa (abréviation de Farsi), donc pour l’installer, tapez :
spi -i libreoffice-l0n-fa

Si vous préférez, vous pouvez utiliser gslapt. Ensuite, tapez le nom du paquet dans le champ de recherche pour afficher tous les paquets de libre office localisés.

5.4. Changer le plan de clavier

Vous pouvez changer la disposition du clavier utilisée par défaut en mode graphique en utilisant :

  • La commande keyboardsetup (en mode texte)

  • La commande gtkkeyboardsetup (en mode graphique, avec une icône dans le Centre de Contrôle Slint, catégorie Matériel).

Ces commandes vous permettent également de choisir si le verrouillage numérique doit être activé au démarrage du système, et si la méthode SCIM (méthode d’entrée) doit être activée au démarrage du système.

Si vous utilisez un gestionnaire de fenêtres avec un panneau, vous pouvez également effectuer ce réglage en faisant un clic droit sur l’applet du clavier (affiché par défaut comme le code de langue à deux lettres du plan de clavier utilisé).

Sur la ligne de commande mais toujours pour le mode graphique, utilisez la commande setxbmap

Par exemple, pour définir la disposition du clavier en ukrainien en mode graphique, entrez simplement comme utilisateur normal:
` setxkbmap -layout ua `

Pour en savoir plus, lisez la page de manuel de setxkbmap.

5.5. Installer une imprimante

Dans Slint, le serveur d’impression CUPS gère les imprimantes et les tâches d’impression. Dans sa configuration par défaut, enregistrée dans le fichier /etc/cups/cupsd.conf, seuls les utilisateurs appartenant au groupe sys (abrégé pour système) sont autorisés à exécuter des tâches administratives, comme l’ajout ou la suppression d’une imprimante.

Pour une configuration simple (imprimante connectée à un bureau ou un ordinateur portable et non partagée entre les machines), vous devez juste ajouter un utilisateur (qui gérera les imprimantes) au groupe sys. Par exemple, ajouter l’utilisateur didier_to le groupe sys peut être fait de deux façons :

  • En mode console ou en utilisant un émulateur de terminal, devenez root avec su - puis tapez :

    gpasswd --add didier sys

  • En mode graphique depuis le Centre de Contrôle de Slint, cliquez sur Utilisateurs et Groupes (catégorie Système), sélectionnez l’utilisateur et cliquez sur Propriétés, puis dans l’onglet Groupes cochez sys. Ou l’inverse (sélectionnez le groupe puis ajoutez l’utilisateur).

Il y a plusieurs façons d’ajouter et de configurer une imprimante (cela doit être fait par un membre du groupe sys ) :

  • Dans le Centre de Contrôle Slint, catégorie Matériel, cliquez sur Configuration de l’imprimante pour afficher une interface permettant une configuration simple …​

  • …​ Ou cliquez sur Cups Print Control pour afficher une interface web vers le serveur CUPS. Vous pouvez également afficher l’interface web au serveur CUPS en tapant localhost:631 dans le champ d’adresse d’un navigateur Web.

  • Si vous avez un appareil Hewlett Packard, faites un clic droit sur le logo HP dans la zone de notification du panneau.

Note
Pour effectuer n’importe quel réglage d’impression, le serveur CUPS doit être en cours d’exécution. Il est démarré lorsque vous démarrez Slint si le service cups est coché parmi les services système (il est coché par défaut dans Slint).

5.6. Configuration du son

Dans l Slint les applications envoient leur sortie son soit à ALSA soit à PulseAudio.

Dans ce dernier cas, PulseAudio envoie à son tour le flux de sortie à un mixeur ALSA qui le dirige vers les cartes de son.

Par conséquent, un réglage comme un volume sonore ef sortie peut toujours être fait par un mixeur ALSA, et aussi par un mixeur PulseAudio, mais seulement dans le cas où l’application envoie sa sortie audio à PulseAudio.

Nous allons maintenant présenter des applications qui peuvent être utilisées pour modifier les paramètres du son

5.6.1. pavucontrol (pour PulseAudio)

pavucontrol signifie PulseAudio Volume Control et est une application graphique. Vous pouvez le démarrer à partir d’un menu de terminal ou d’application ou faire un clic droit sur l’icône du mixeur de son sur le panneau supérieur de Mate. En fait, il permet plus de réglages que le simple contrôle du volume, prenez le temps d’explorer toutes ses fonctionnalités.

Vous pouvez également utiliser l’applet de contrôle du volume dans la zone de notification du panneau : un clic gauche permet d’ajuster le volume, un clic droit donne accès à d’autres paramètres et permet de démarrer le mixeur pavucontrol.

5.6.2. alsamixer (pour ALSA)

alsamixer est une application ncurses fournissant une interface utilisateur semi-graphique.

Pour l’utiliser, tapez dans une console ou dans un terminal graphique :

alsamixer

ensuite :

  • Utilisez la touche page précédente pour augmenter le volume de 5%

  • Utilisez la touche page suivante pour diminuer le volume de 5%

  • appuyez sur Esc pour quitter l’application.

5.6.3. amixer (pour ALSA)

La commande est de la forme :

amixer <arguments>

Par exemple pour régler le volume principal à 70% type :

amixer sset Master 70%

Pour en savoir plus, tapez l’une de ces commandes:

man amixer
amixer -h

5.6.4. sam (acronyme de "Speech-friendly Alsa Mixer")

sam permet de sélectionner la carte son sur laquelle travailler lorsqu’il y a plus d’une dans votre machine.
Lorsqu’il n’y en a qu’un, il présente directement les différents mélangeurs pour la configuration.

Toutes les sélections, qu’il s’agit de cartes de son, de mixeurs ou d’une fonction donnée d’un mélangeur spécifique , sont sélectionnées en faisant défiler les options disponibles à l’aide des flèches vers le haut et vers le bas, puis en pressant Entrée sur le texte souhaité :
q quitter la liste de sélection et / ou les quitte l’application.
Shift-q quitte le programme de n’importe où.
F1 Affiche toute information supplémentaire si elle est disponible.

Quand le nom de l’option désirée est connu, on peut taper sa première lettre. La première lettre de navigation est insensible à la casse. Cela vous mènera ensuite à la première sélection en commençant par la lettre pressée. Appuyer à nouveau sur la même lettre vous déplacera vers l’option suivante en commençant par cette lettre si plus d’une option comme celle-ci existe. La répétition de la lettre fera le tour de toutes ces options à partir de cette lettre.

Les caractéristiques réglables d’un mélangeur peuvent être listées en appuyant sur F1.
Ils sont présentés comme une liste de sélection, affichant brièvement toutes les informations pertinentes, p. ex. « volume de lecture bas à partir de 84 % » est l’option pour réduire le réglage du volume de lecture. Comme vous pouvez le voir, il vous indique aussi quelle est la configuration actuelle.

Note
sam ne fonctionne pas correctement dans un terminal graphique. Utilisez-le dans une console.

5.6.5. pamixer et ponymix (pour PulseAudio)

Ces utilitaires sont similaires, avec les commandes sous cette forme :

pamixer <arguments>
ponymix <arguments>

Par exemple pour définir le volume à 70% pour le puits par défaut, tapez l’une de ces commandes:

pamixer --set-volume 7
ponymix set-volume 7O

Pour en savoir plus, tapez :

pamixer -h
ponymix --help

5.6.6. pacmd et pactl (pour PulseAudio)

Ces deux applications en ligne de commande contrôlent un démon PulseAudio en cours d’exécution.

Warning
pacmd tapé seul fait apparaître une boîte de dialogue interactive. Appuyez sur Ctrl+d pour quitter mais ne tapez pas exit, car cela tuerait PulseAudio!

Pour en savoir plus :

man pactl
man pacmd
pactl --help
pacmd --help

5.6.7. Enregistrer et restaurer le niveau sonore

Il suffit de rendre le fichier /etc/rc.d/rc.alsa exécutable. En tant que racine:

chmod /etc/rc.d/rc.alsa

Au démarrage, ce script restaurera les paramètres sonores précédents si sauvegardés, sinon définira les volumes par défaut et les stockera afin qu’ils soient restaurés au prochain redémarrage.

Si vous ne voulez pas que ce script définisse le type de volume par défaut tapez comme root :

touch /var/lib/alsa/no.asound.state

Vous pouvez modifier ces niveaux de son par défaut avec alsamixer ou amixer puis en tapant en tant que root :

alsactl store

Ensuite, au prochain démarrage, le script les restaurera.

Pour en savoir plus :

man alsactl

5.7. Configuration du réseau

Si vous n’avez configuré les paramètres réseau lors de l’installation de Slint, premièrement devenez root en tapant su - soit dans une console soit dans un terminal graphique comme le mate-terminal, puis tapez le mot de passe root.

La configuration du réseau est effectuée par le script netsetup. Donc vous taperiez la commande netsetup dans ce même terminal, où vous venez d’acquérir les privilèges de "root". On vous demandera d’abord le nom d’hôte de votre machine. vous pouvez choisir n’importe quel nom, mais ce doit être un seul mot. Puis on vous demande le nom de domaine. Si la machine n’est pas un serveur vous pouvez choisir n’importe qui. Ensuite, on vous demandera comment votre machine se connecte au réseau. Sauf si vous avez une bonne raison de ne pas le faire (et vous savez ce que vous faîtes), conservez la choix par défaut NetworkManager pour configurer automatiquement le réseau.

Pour les connexions câblées, cela devrait suffire pour être connecté automatiquement au prochain démarrage.

Pour configurer une connexion sans fil, deux commandes sont disponibles en utilisant la ligne de commande.

Encore une fois, vous pouvez taper les commandes directement sur la console ou dans un terminal graphique comme mate-terminal. Tapez les en tant qu’utilisateur normal, pas en tant que root. Si vous avez déjà suivi ces instructions et que vous êtes devenu root, vous n’avez qu’à taper exit pour récupérer le statut de l’utilisateur normal.

Les deux commandes mentionnées sont nmtui (boîtes de dialogue) ou nmcli (pure ligne de commande), les deux sont accessibles.

Si vous préférez travailler en ligne de commande, lisez d’abord la documentation nmcli. Tapez simplement nmcli --help et man nmcli pour trouver tous les détails. Tandis que nmcli offre plus de possibilités, dans la plupart des cas d’utilisation, la fonctionnalité de nmtui sera suffisante pour configurer votre réseau sans fil, donc nous allons le décrire ici :

En utilisant nmtui, vous pouvez naviguer avec les touches Tab et flèches. Trois options vous seront proposées :
Modifier une connexion
Activer une connexion
Définir le nom d’hôte du système

Si aucune connexion sans fil n’a encore été définie, choisissez Activer une connexion. En partant du haut vers le bas, les connexions câblées (le cas échéant) seront proposées, après quoi tous les réseaux sans fil accessibles seront listés. Naviguez avec les touches fléchées vers le bas et vers le haut pour sélectionner le réseau que vous voulez, alors appuyez sur Entrée : on vous demandera probablement le mot de passe ou la clé de cryptage. Tapez le, utilisez la touche Tab pour confirmer, puis quittez et vous avez terminé.

En mode graphique seulement, au lieu de nmcli ou nmtui vous pouvez utiliser l’application nm-connection-editor.

5.8. Configuration des services

Vous pouvez modifier les paramètres par défaut de plusieurs façons :

  • En exécutant en tant que root la commande serviceseetup (TUI)

  • En mode graphique seulement, en utilisant gtkervicesetup, accessible depuis le tableau de bord de Slint, , ou en tapant Alt+F2 pour lancer la boîte de dialogue "Exécuter…​" puis en tapant gtksetrvicesetup.

  • En tant que racine, en rendant exécutable le script approprié (chmod 755 <chemin vers le script> ou non (chmod 644 <chemin vers le script>). Par exemple, pour rendre l’exécutable fail2ban, vous devez taper : chmod 755 /etc/rc.d/rc.fail2ban

Important
Ne modifiez les paramètres par défaut que si vous savez ce que vous faites.

Les services sont gérés par des scripts dont le nom commence par rc. dans le répertoire /etc/rc.d/. Par exemple, le service acpi est géré par le script shell /etc/rc.d/rc.acpi. La plupart des services sont activés au démarrage si le script correspondant est exécutable. Dans la table ci-dessous, nous indiquons si il est activé au démarrage (on dans la colonne A) ou non (off dans la colonne A). Si la colonne est vide, l’activation des services dépend d’un choix fait lors de l’installation. Un A dans la colonne indique que le service est activé en mode d’installation automatique, sinon sera activé si l’utilisateur le choisit lors de l’installation. La colonne Paquet indique quel paquet logiciel fournit le script correspondant au service, le cas échéant

Service

A

Paquet

Fonction et commentaires

acpi

on

acpid

Advanced Configuration and Power Interface, permets par exemple de gérer l’alimentation ou de redémarrer en pressant un bouton

alsa

on

alsa-utils

Fournit des réglages du son par défaut ou restaure ceux enregistrés

alsa-oss

off

alsa-utils

modules ALSA OSS du noyau Linux. Inutiles dans la plupart des cas, non activé par défaut dans Slint.

atalk

off

netatalk

Permets aux OS inspirés d’Unix-like de servir des serveurs de fichiers, d’impression et de temps pour les ordinateurs Macintosh

atd

off

at

at et batch rlisent des commandes du shell depuis l’entrée standard ou un fichier spécifié et les stockent comme une tâche à exécuter plus tard

autofs

off

autofs

AutoFS procure l’auto montage des media amovibles ou des partages réseau quand ils sont insérés ou accessibles

bind

off

bind

serveur de nom. La plupart des utilisateurs auront recours à un serveur distants. A activer si vous voulez faire fonctionner un seveur de nom localement.

bitlbee

on

bitlbee

BitlBee est un démon IRC qui peut parler à des réseaux de messagerie instantanée et agir comme une passerelle.Les utilisateurs peuvent se connecter au serveur avec leur client IRC habituel et voir leur "liste de copains" dans BitlBee..

bluetooth

on

bluez

Permet de communiquer avec des appareils bluetooth

brltty

brltty

Permet de communiquer avec des plages Braille. Activé si demandé durant l’installation

cgconfig

on

libcgroups

Exécute l’utilitaire cgconfigparser qui analyse le fichier /etc/cgconfig.conf pour configurer la hiérarchie des groupes de contrôle, y compris la définition des permissions (UID et GID) des groupes et éventuellement des paramètres ajustables des contrôleurs. Cela évite d’avoir à le faire nous-mêmes à chaque démarrage, par exemple en exécutant un script shell séparé. Ce script est exécutable par défaut mais ne fera rien tant que le fichier /etc/cgconfig.conf n’aura pas été modifié (toutes les lignes sont commentées par défaut).

cgred

on

libcgroups

Les groupes de contrôle sont un moyen de contrôler l’allocation de ressources système comme le CPU ou la RAM à des "groupes" d’utilisateurs et/ou de processus. Ce script démarre le démon moteur de règles qui distribue automatiquement aux groupes de contrôle appropriés les processus qui changent leur UID ou GID effectif. Il est exécutable par défaut mais pour le faire fonctionner, vous devez définir des règles dans /etc/cgrules.conf.

consolekit

on

ConsoleKit2

Ce démon est exécuté pat l’agent d’autorisation de polkit, pour vérifier les droits des utilisateurs voulant redémarrer ou arrêter le système, par exemple.

cpufreq

on

sysvinit-scripts

Paramètres pour la mise à l’échelle de la fréquence et de la tension du CPU dans le noyau

crond

on

crond

Le démon cron s’exécute en arrière plan et effectue des tâches au nom des utilisateurs au moment approprié.

cups

on

cups

Script de démarrage/arrêt du serveur d’impression CUPS.

cups-browsed

off

cups-filters

Rends les imprimantes distantes disponibles localement.

dnsmask

off

dnsmask

Démarre/arrête/redémarre dnsmasq (un petit serveur DNS/DHCP)

dovecot

off

dovecot

Dovecot est un serveur IMAP and POP3 à code source ouvert pou les systèmes Linux/UNIX-like systems, écrit avec avant tout un souci de sécurité.

elogind

on

elogind

elogind est le logind du projet systemd, extrait d’un paquet indépendant.

espeakup

espeakup

Démarre/arrête/redémarre lecteur d’écran en console espeakup. On si l’utilisateur a demandé la parole durant l’installation ou a ultérieurement tapé: "speak-with espeakup"

fail2ban

off

fail2ban

Démarre/arrête fail2ban qui analyse des fichiers journaux comme /var/log/pwdfail and bannit les IP qui on trop échoué à taper le bon mot de passe, et met à jour les règles du parefeu pour rejeter lces adresses IP.

fenrir

off

fenrir

Démarre/arrête/redémarre le lecteur d’écran fenrir, qui peut être démarré après installation en tapant : speak-with fenrir.

font

off

kbd

Sélectionne la police de caractères pour la console (utilisée en mode console mode, pas en mode graphique)

fuse

on

fuse

Charge le module fuse et monte le système de fichiers de contrôle fuse. FUSE est une interface simple permettant aux programmes de l’espace utilisateur d’exporter un système de fichiers virtuel vers le noyau Linux. FUSE vise également à fournir une méthode sécurisée pour les utilisateurs non privilégiés pour créer et monter leurs propres implémentations de système de fichiers.

fuse3

on

fuse3

Comme fuse, mais version 3

gpm

on

gpm

Le serveur "General Purpose Mouse" permet de couper et coller du texte à partir de l’écran sur une console Linux.

haveged

on

haveged

Le projet haveged est une tentative de fournir un générateur de nombres aléatoires imprévisible et facile à utiliser, basé sur une adaptation de l’algorithme HAVEGE.

httpd

off

httpd

Démarre ou arrête le serveur web Apache

icecc-scheduler

off

icecream

Démarre/arrête/redémarre l’ordonnanceur icecream (compilateur distribué)

icecc-scheduler

off

icecream

Démarre/arrête/redémarre le démon icecream (compilateur distribué)

inet1

on

network-scripts

Ce script est utilisé pour activer les différentes interfaces réseau.

inet2

on

network-scripts

Ce script shell permet de démarrer l’ensemble du système réseau.

inetd

on

inetd

Démon BSD "super-serveur". L’utilisateur doit éditer /etc/inetd.conf pour que les services soient réellement utilisés.

ip_forward

off

network-scripts

Démarre/arrête le transfert de paquets IP, nécessaire pour que votre ordinateur agisse comme un routeur.

kadmind

off

krb5

Démarre le serveur d’administration Kerberos.

kprprod

off

krb5

Démarree le serveur de mise à jour du KDC esclave Kerberos V5.

krb5kdc

off

krb5

Démarre krb5kdc, qui est le service d’authentification et le centre de distribution de clés (AS/KDC) de Kerberos version 5. Il doit être exécuté en premier sur les KDCs maître et secondaire.

local

off

sysvinit-scripts

Lance les démons qui ne sont pas lancés par /etc/rc.d/rc.M au démarrage.

loop

on

sysvinit-scripts

Charge le module noyau du périphérique loop.

lxc

off

lxc

Ce script démarre (s’il est configuré pour être démarré automatiquement) et arrête les conteneurs lxc.

mcelog

off

mcelog

Démarre la journalisation des erreurs matérielles mcelog. Cela permet d’enregistrer et de gérer les erreurs matérielles du CPU sur les systèmes x86.

messagebus

on

dbus

Le bus de messages D-BUS à l’échelle du système. Il s’agit d’un démon qui diffuse des notifications d’événements système et d’autres messages, fournissant une communication inter-processus.

modules

on

sysvinit-scripts

Calcule les dépendances des modules du noyau et lance d’autres scripts qui chargent les modules non automatiquement chargés par eudev, éventuellement pour des versions spécifiques du noyau.

modules.local

on

sysvinit-scripts

Charge les modules qui ne sont pas automatiquement chargés par eudev, pour ce système en particulier

mysqld

off

mariadb

Démarre/arrête le serveur MariaDB. MariaDB est un fork de MySQL entièrement compatible avec celui-ci

networkmanager

NetworkManager

C’est un démon qui permet de basculer automatiquement les connexions réseau vers la meilleure connexion disponible. Activé si NetworkManager est choisi pour configurer le réseau, pendant ou après l’installation.

nfsd

off

nfs-utils

Démarre/arrête un nfs (Network File Server)

ntpd

on

ntp

Démarre/arrête un démon ntp (Network Time Protocol).

numlock

salixtools

Active numlock sur la console

openldap

off

openldap

Démarre le serveur ldap (Lightweight Directory Access Protocol)

openvpn

off

openvpn

Démarrer le démon OpenVPN (tunnel IP sécurisé)

pcmcia

off

pcmciautils

Script pour initialiser le sous-système PCMCIA.

php-fpm

off

php

Démarre le démon gestionnaire de processus FastCGI de PHP.

postfix

off

postfix

Démarre Postfix, agent de transport et de soumission du courrier.

pulseaudio

off

pulseaudio

Démarre pulseaudio au niveau du système. Ceci n’est pas recommandé dans Slint.

rpc

off

rpcbind

Démarre/arrête/redémarre les démons RPC (remote process communications) nécessaires pour utiliser NFS. Pour exécuter un serveur NFS, il est obligatoire de les démarrer.

samba

off

samba

Démarre/arrête/redémarre le serveur de fichiers et d’impression Samba SMB CIFS pour les clients CIFS. Il vous permet de gérer un espace de fichiers ou des imprimantes sur un hôte Samba disponible pour les clients CIFS (tels que les PC exécutant Windows).

saslauthd

off

cyrus-sasl

saslauthd est un processus démon qui traite les demandes d’authentification en texte clair pour le compte de la bibliothèque SASL. La bibliothèque SASL de CMU Cyrus est principalement utilisée pour s’authentifier auprès des serveurs de messagerie.

serial

off

util-linux

Initialise et configure les ports série de votre système.

setterm

on

util-linux

Fournit la ligne de commande pour l’utilitaire setterm pour définir les attributs du terminal (principalement utilisé pour l’effacement de l’écran et la gestion de l’énergie).

smartd

off

smartmontools

Démarre/arrête/redémarre le démon smartd, qui surveille l’état des disques durs compatibles S.M.A.R.T. et signale tout problème.

snmpd

off

net-snmp

Démarre/arrête le démon SNMP (Simple Network Management Protocol) net-snmp.

speechd-up

speechd-up

démarre/arrête/redémarre le lecteur d’écran speechd-up, qui peut être lancé après l’installation en tapant "speak-with speechd-up".

sshd

on

openssh

Démarre/arrête/redémarre le démon shell sécurisé.

swapinzram

on

swapinzram

Configure un périphérique bloc d’échange (swap) en mémoire vive ou RAM en utilisant zram

syslog

on

sysklogd

Démarre/arrête/redémarre le démon de journalisation du système, qui enregistre les messages du noyau et du système.

sysstat

off

systat

Réinitialise les journaux d’activité du système, utilisés pour calculer les statistiques de performance.

sysvinit

on

sysvinit-scripts

Ce fichier fournit une compatibilité de base avec les scripts de démarrage de style SystemV que l’on trouve dans de nombreux paquets binaires.

syslog

on

syslogd

Démarre/arrête/redémarre les démons de journalisation du système.

timidity

off

TiMidity++

Démarrer/arrêter/redémarrer le démon TiMidity. TiMidity est un synthétiseur logiciel. Il peut lire des fichiers MIDI en les convertissant en données de forme d’onde PCM ou en d’autres formats de fichiers audio variés.

udev

on

eudev

Ce script initialise udev, qui remplit le répertoire /dev avec des noeuds de périphériques, recherche les périphériques, charge les modules appropriés du noyau, et configure les périphériques.

ulogd

on

ulogd

démarre le démon ulogd en espace utilisateur pour la journalisation liée à netfilter/iptables.

vde2

on

vde2

Démarre/arrête/redémarre le démon VDE. VDE est un réseau virtuel compatible Ethernet qui inclut des outils tels que 'vde_switch' et 'vdeqemu'.

wireless

on

wireless-tools

Ce script configure les périphériques sans fil PCI, USB et Cardbus 32 bits. Normalement, ce script est appelé depuis rc.inet1 plutôt que d’être exécuté directement.

yp

on

yptools

Démarrer NIS (Network Information Services). NIS fournit une distribution à l’échelle du réseau de noms d’hôtes, de noms d’utilisateurs et d’autres bases de données d’informations.

Vous pouvez démarrer ou arrêter un service en utilisant comme root la commande service. Pour en savoir plus, tapez man service. == Glossaire

Plusieurs définitions dans ce glossaire sont prises ou adaptées de Wikipedia et POSIX

Application

Un programme d’application (application pour abrégé) est un programme informatique conçu pour exécuter une tâche spécifique généralement demandée par les utilisateurs finaux.

Les applications ne sont généralement pas considérées comme faisant partie du système d’exploitation, ce qui signifie qu’elles peuvent être ajoutées au système après son installation. Elles remplissent des fonctions non liées au système, telles que le traitement de texte, la conception architecturale, la conception mécanique, la publication ou l’analyse financière.

Démarrer

L’amorçage consste à allumer un ordinateur pour démarrer un système d’exploitation. Plusieurs systèmes d’exploitation peuvent être installés sur le même ordinateur. Sélectionner celui à charger dans la mémoire vive et l’exécution peut être effectuée soit par le microprogramme, soit par un logiciel nommé gestionnaire d’amorçage (GRUB dans le cas de Slint). Le microprogramme d’un ordinateur peut prendre en charge l’un des modes d’amorçage suivants, ou les deux:

  • Dans le mode Legacy ou BIOS, l’OS est chargé en exécutant les instructions écrites dans un secteur d’amorçage.

  • En mode EFI, le chargeur du système d’exploitation est un programme stocké dans un fichier exécutable, situé dans un répertoire d’une partition EFI System (ou ESP pour EFI System Partition).

CPU

Le processeur ou l’unité centrale de traitement exécute les instructions des programmes.

Commande

Une commande est définie par POSIX comme "une directive à un shell Shell pour effectuer une tâche spécifique.

La tâche à effectuer peut être une application ou un utilitaire.

La structure de base des commandes shell est définie dans le chapitre 2.9 Commandes Shell de la spécification POSIX.

Des exemples de commandes sont fournis dans [shell].

Console

Le mot "console" fait référence au début des systèmes de l’ordinateur, lorsque l’administrateur système tapait des commandes sur un périphérique, composé d’un clavier et une imprimante, liés à l’ordinateur, les commandes saisies et la réponse de l’ordinateur étant tous les deux imprimé sur la console.

Dans les ordinateurs personnels, l’utilisateur tape les commandes sur le clavier et leur sortie est imprimée sur un écran, qui peuvent être séparés ou intégrés à l’ordinateur comme dans un ordinateur portable.

Appareil

Un périphérique d’ordinateur ou un objet qui apparaît à l’application comme tel.[POSIX]

Répertoire

Un répertoire est un autre nom pour un dossier. Les systèmes de fichiers utilisent des répertoires pour organiser les fichiers au sein des partitions.

Les répertoires peuvent contenir des fichiers et d’autres répertoires. La structure résultante peut être représentée comme une arborescence à l’envers. Le répertoire supérieur de un disque est nommé le répertoire racine. Sous Linux, le caractère / sépare les niveaux de l’arborescence. / représente à lui seul le répertoire racine, /home hénerge les fichiers appartenant aux utilisateurs, /home/didier héberge les fichiers appartenant à l’utilisateur didier. /root héberge les fichiers de l’utilisateur nommé root (l’administrateur du système). Remarque : « root» peut faire référence au répertoire de niveau supérieur ou à l’administrateur du système.

Lecteur (Drive an Anglais)

Un lecteur est un périphérique qui stocke des données non volatiles, ce qui signifie que les données ne sont pas effacées lorsque l’alimentation est éteinte. Exemples: disques durs, SSD, clés USB, lecteurs de cartes SD, eMMC.

Le support stockant les données peut être connecté en permanence au lecteur ou amovible comme les cartes SD, les clés USB et les lecteurs connectés via USB.

Un système d’exploitation installé sur un support amovible ou un lecteur externe est dit portable: il peut être déplacé d’un ordinateur à un autre.

Gestionnaire d’affichage

Un gestionnaire d’affichage (ou gestionnaire de connexion) est un logiciel qui affiche une fenêtre sur l’écran dans lequel il demande le nom de connexion et le mot de passe de l’utilisateur, puis démarre le l’environnement graphique choisi par cet utilisateur.

Chiffrement

Le cryptage est le processus de conversion de données sous une forme non reconnaissable (« crypté »). Il est communément utilisé pour protéger les informations sensibles afin que seules personnes autorisées puissent les voir. Un seul fichier ou répertoire, une partition aussi bien qu’une unité entière peuvent être cryptés, ce qui le rend accessible seulement après que a tapé un petit texte appelé mot de passe, gardé secret.

Fichier

Un fichier informatique est un ensemble de données numériques collectées sous le même nom, enregistrées sur un support de stockage permanent, appelé stockage de masse, tel qu’un disque dur, un SSD, un DVD, une carte SD ou une clé USB et géré comme une unité.

Les fichiers peuvent contenir des données telles que des textes, des images, des sons, des vidéos ou des programmes informatiques.

Système de fichiers

Un système de fichiers est un logiciel qui gère les fichiers et répertoires dans une partition. Il mémorise l’emplacement dans le support physique des données contenues dans les fichiers, permettant de les lire ou de les écrire. Des exemples de systèmes de fichiers couramment utilisés sont vfat, ntfs, ext4, f2fs. Cette commande liste tous les systèmes de fichiers permettant de lire les données contenues dans une partition à partir de Linux :

cat /proc/filesystems|grep -v nodev
Micrologiciel (Firmware en Anglais)

Un firmware est un logiciel qui initialise et vérifie le matériel, puis sélectionne et charge dans la RAM le système d’exploitation, ou démarre un logiciel appelé un gestionnaire de démarrage qui le fera. Le micrologiciel est contenunu dans des unités de mémoire non volatiles telles que ROM, EPROM ou mémoire flash. C’est le premier logiciel lancé lorsque démarre un ordinateur. Il fournit un menu permettant de configurer le matériel et de sélectionner dans quel mode (Legacy ou EFI) démarrer, et dans quel ordre chercher le système d’exploitation ou une autre application (comme le gestionnaire de démarrage GRUB) à exécuter.

Noyau

Un noyau Linux est le logiciel au cœur d’un système Slint qui gère les interactions entre les applications et le matériel.

Il se présente comme un seul fichier, installé dans le répertoire /boot. Par exemple, le fichier /boot/vmlinuz-generic-5.12.11 est un noyau provenant du paquet kernel-generic.

Au démarrage, le noyau est copié en mémoire vive ou RAM.

Initrd

Un initrd (plus précisément un initramfs ou un système de fichiers RAM initial pour Slint) est un système Linux fourni sous forme de fichier archive compressé. Au démarrage, juste après que le noyau ait été chargé en RAM l’initrd est également chargé en mémoire. Son fichier /init s’exécute : il charge les modules du noyau nécessaires en RAM, enregistre les périphériques, éventuellement déverrouille le périphérique hébergeant le système de fichier racine, monte les pseudo systèmes de fichiers puis passe la main au système de fichiers racine pour démarrer le système.

Un initrd se présente comme un fichier unique, installé dans le répertoire d’amorçage. Par exemple, le fichier initrd-generic-5.12.11 est un initrd

Système en mémoire vive (live system en Anglais)

Un système en mémoire vive est un système d’exploitation qui, au lieu d’être installé dans un appareil comme un disque dur ou SSD, est entièrement en RAM.

An initrd is also a live system, and so is a Slint installateur wich is basically an initrd.

Partition

Une partition est une section d’un support de stockage, comme un disque dur ou un SSD. Il est traité par le système d’exploitation comme un volume logique séparé, ce qui le rend fonctionnel comme un périphérique séparé.

Table de partitions

Une table de partitions est la structure permanente qui enregistre la façon dont les informations sont disposées sur un média, enregistrant principalement le début et la fin de chaque partition sur le média.

Les types les plus courants de tables de partitions sont la table de partitions DOS, initialement utilisée par le système d’exploitation MS-DOS, et la table de partition GUID ou GPT, qui permet de gérer plus de partitions et de disques plus grands.

Programmes

Une séquence préparée d’instructions au système pour accomplir une tâche définie. Le terme "programme" englobe les applications écrites dans le langage de commande Shell, des langages de traitement d’entrées complexes (par exemple, awk, lex, sed et ainsi de suite) et des langages de haut niveau. [POSIX]

RAM

RAM signifie Mémoire à accès aléatoire (pour Random Access Memory) plus communément appelée méméoire vive en Français. Ce type de disporitif stocke des données volatiles, ce qui signifie que les données sont effacées lorsque l’alimentation est éteinte.

Shell

Programme qui interprète les séquences d’entrée de texte en tant que commandes. Il peut fonctionner sur un flux d’entrée ou il peut interactivement demander et lire des commandes à partir d’un terminal. La syntaxe des commandes pouvant être interprétées par la coque peut varier en fonction de celui utilisée, mais elle est principalement définie dans le chapitre https://pubs.opengroup.org/onlinepubs/9699919799/utilities/V3_chap02.html [ 2. Shell Command Language ] de la spécification POSIX.

Slint fournit plusieurs programmes faisant office de shell, listés dans le fichier /etc/shells. Le shell bash est utilisé par défaut.

Swap

Un espace d’échange (Swap en Anglais) est utilisé pour stocker provisoirement des données précédemment en mémoire vive ou RAM sur un périphérique comme un disque dur ou un SSD, soit parce que sinon la RAM deviendrait pleine, soit pour libérer de l’espace ansd la mémoire vive pour y stocker les données les plus fréquemment utilisées. L’espace d’échange peut être une partition sur un disque de type 'Linux swap' ou un fichier régulier stocké dans une partition existante. Il y a aussi le 'swap en zram': dans ce cas, les données sont stockées en RAM mais sous forme compressée.

Terminal

Historiquement, un terminal était un périphérique physique composé d’un clavier et d’un écran utilisé pour taper des commandes et recevoir des réponses d’un ordinateur distant.

De nos jours, les commandes peuvent être tapées en mode console (ou texte) ou en mode graphique .

Utilitaire

Un utilitaire est un programme qui peut être invoqué par son nom à partir d’un shell (c’est aussi le cas de certaines <application,applications>>).

Les utilitaires font partie du système d’exploitation (mais pas du noyau). Ils exécutent des fonctions liées au système, telles que la lister contenu du répertoire, vérifier des systèmes de fichiers, réparer des systèmes de fichiers ou extraire des informations sur l’état du système.

Un utilitaire peut être invoqé comme un programme séparé qui s’exécute dans un processus différent de celui su shell ou il peut être intégré au shell.

Par exemple, la commande echo (la directive pour effectuer une tâche spécifique) peut être implémentée de telle sorte que l’utilitaire echo (la logique qui exécute la tâche d’écho) soit dans un programme séparé ; par conséquent, il sera exécuté dans un processus différent de celui de celui du shell. Pratiquement cela signifie que dans ce cas, l’utilitaire est un programme distinct du shell

Inversement, la logique qui exécute l’utilitaire echo pourrait être intégrée dans l’interpréteur du langage de commande ; il pourrait donc s’exécuter dans le même processus que le shell. Un tel utilitaire est dit « intégré » au shell.

Terminal virtuel

Un terminal virtuel est un logiciel qui simule un terminal physique, périphérique composé d’un clavier et d’un écran permettant de communiquer à distance avec un ordinateur .