Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

Traductions de cette page:

Main repository

Installation

Accessibility how to

Forum

Mailing list

Documentation

Old versions

Blog

Site map

fr:installation_process

Ceci est une ancienne révision du document !


Le processus d'installation illustré

CE DOCUMENT EST EN COURS DE REDACTION, MERCI DE REVENIR UN PEU PLUS TARD.

Ce document a pour but d'aider les débutants sous Linux à installer Slint.

  • Cliquer sur les images les affiche dans leur taille d'origine
  • Pour avoir le document à portée de main pendant l'installation, cliquez sur l'icône exporter vers PDF à droite de la page et imprimez le ou enregistrez le. Obtenir le fichier PDF peut prendre un certain temps car le document est volumineux.
  • Vous pouvez également cliquer sur l'icône du haut à droite Afficher la source de la page pour copier / coller / imprimer le texte uniquement, sans les images.
  • Si vous n'êtes pas familier avec le vocabulaire informatique, vous pouvez consulter la page Glossaire

Ainsi, vous avez déjà lu Comment obtenir et installer Slint, et votre clé USB bootable ou DVD contenant Slint est prête ?.

Voici les étapes de l'installation:

Choisissez un environnement local et lancez l'installation
Créer les partitions si ce n'est déjà fait
Configurer les partitions
Installez les progiciels
Configurer le système

Choisir une langue et démarrer l'installation

Après (re) amorçage, vous verrez cet écran si votre machine est en mode BIOS ou Legacy:

Image: sélection de la langue en mode BIOS ou Legacy

En mode UEFI, l'aspect de l'écran est légèrement différent, mais propose les mêmes choix:

Image sélection de la langue en mode UEFI

Sélectionnez la langue que vous préférez en utilisant les touches fléchées vers le bas et vers le haut, puis appuyez sur [Entrée] L'écran devient noir et affiche beaucoup de messages (que vous n'avez généralement pas besoin de lire) sur le démarrage du système, pendant que le système se charge en mémoire vive ou RAM (Random Access Memery). Une fois ceci fait, une option pour changer le plan de clavier est affichée en bas de l'écran

La plan de clavier proposée correspond à la langue choisie pour l'installation. Vous pouvez le modifier ou simplement appuyer sur [Entrée] pour l'accepter..

Image: sélection du plan de clavier

Après cela vous verrez un écran d'information. Après avoir lu les recommandations affichées, tapez le nom d'utilisateur de l'administrateur qui est 'root' (ne tapez pas les guillemets) puis appuyez sur [Entrée].

Image: Recommandations et sisie du mot de passe 'root'

Un autre écran s'affiche avec la suite des recommandations. Vous démarrez l'installation de Slint, donc seul le dernier paragraphe est pertinent.

Image: suite des recommandations

Créer les partitions (si ce n'est déjà fait)

Désormais, vous êtes connecté à un système “live” (installé en mémoire vive ou RAM, de sorte que vous pouvez taper toute commande Linux disponible. Vous avez cependant encore besoin du support d'installation (DVD ou clef USB) parce qu'il contient les paquets à installer

Si vous avez déjà configuré les partitions nécessaires pour installer Slint Linux, vous pouvez sauter cette partie et aller directement à Set up the partitions

Dans sa dernière version l'application 'cfdisk' peut gérer des tables de partitions GPT ainsi que MBR (également connu sous DOS), donc vous pouvez utiliser cfdisk dans tous les cas pour configurer vos partitions. Bien sûr, si cela est déjà fait, vous pouvez sauter cette étape et tapez simplement 'setup' (sans les guillemets) pour afficher le menu d'installation principal.

Si vous êtes aveugle, utilisez l'application fdisk plutôt que cfdisk: elle a les mêmes fonctionnalités mais est plus facile à utiliser avec un lecteur d'écran. Vous pouvez taper «fdisk –help» pour connaître son utilisation et appuyer sur [Shift] et [Page en haut] ou [Page en bas] pour faire défiler l'écran verticalement.

A titre d'exemple, nous supposerons que nous installons Slint sur un nouveau disque dur ou SSD de taille 1TB, en mode UEFI (c'est juste un exemple), qui n'est pas encore formaté.

Voici l'écran que vous aurez après avoir tapé 'cfdisk' puis appuyé sur [Entrée]:

Image: écran proposant de choisir le type d'étiquette de disque ou table de partitions

Au bas de l'écran, nous lisons “L'appareil ne contient pas de table de partition reconnue”. Ce n'est pas surprenant car nous utilisons un nouveau disque dur ou SSD, pas encore formaté. Alors créons cette table de partition (appelée “étiquette de disque” par le programme cfdisk).

Pour UEFI, il doit avoir l'étiquette (en d'autres termes, le type) GPT. Sélectionnez gpt et appuyez sur [Entrée] pour continuer. Si nous avions commencé l'installation en mode BIOS ou Legacy, nous aurions pu choisir dos.

Maintenant nous voyons un écran qui nous permet de créer les partitions dont nous avons besoin pour installer Slint Linux.

Image: écran proposant de choisir le type d'étiquette de disque ou table de partitions

Nous allons définir trois partitions (ce n'est qu'un exemple, d'autres mises en page avec plus de partitions peuvent être nécessaires pour des cas d'utilisation spécifiques):

  • Une partition de type système EFI , appelée ESP (EFI System Partition) qui stockera les fichiers nécessaires au démarrage du système, avec une taille d'au moins 100 Mo
dans le cas d'une installatin multi-systèmes vous pourriez avoir besoin d'une taille plus grande. Par exemple, dans certains cas, Microsoft recommande 256M pour l'ESP. Mais alors, probablement Windows est déjà installé et vous pourriez réutiliser la même partition.
  • Une partition d'échange de type Linux swap, pour stocker les données lorsque la mémoire vive est pleine. Ceci est facultatif, mais nécessaire si vous avez une peu de mémoire (disons, moins de 4 Go) et/ou prévoyez de compiler de très gros programmes, encore plus si vous avez l'intention d'hiberner votre machine. Si vous hibernez votre machine, tout ce qui est en mémoire sera stocké là, donc je suggère un soit un peu plus grand. Nous allons supposer que vous avez 2 Go de RAM et va définir la taille de la partition d'échange à 3 Go.
  • Une partition de type Linux, aussi grande que possible. Nous allons définir sa taille à 300 Go, en supposant que vous réservez l'espace restant pour une utilisation future.
Certaines personnes préfèrent définir une partition dédiée pour héberger le répertoire /home qui contient les fichiers des utilisateurs. Je ne vois pas la nécessité de le faire, et plus vous créez de partitions, plus vous avez de chances que l'une d'eux de remplisse, mais c'est seulement mon choix. Si vous souhaitez en configurer une, choisissez pour elle le type de partition Linux.

Dans cfdisk, vous pouvez naviguer à l'aide des touches [Tab] et des flèches et confirmer vos choix en appuyant sur [Entrée]. Sélectionnez [Aide] et appuyez sur [Entrée] pour en savoir plus sur son utilisation.

Nous allons d'abord configurer l'ESP (EFI System Partition). Choisissez [Nouvelle], puis appuyez sur [Entrée]. Par défaut, la partition prend tout l'espace disponible (1T). Nous allons écrire 100M à la place:

Image: configuration de la partition EFI

Nous confirmons en appuyant sur [Entrée]. Par défaut, la partition sera de type Système de fichier Linux:

Image: écran proposant de choisir le type d'étiquette de disque ou table de partitions

Pour changer cela, sélectionner [Type], appuyer sur [Entrée] puis déplacez le curseur vers le haut pour sélectionner Système EFI:

Image: écran proposant de choisir le type d'étiquette de disque ou table de partitions

Nous confirmons en appuyant sur [Entrée], puis appuyons sur la flèche vers le bas pour créer une nouvelle partition dans l'espace libre restant:

Image: écran proposant de choisir le type d'étiquette de disque ou table de partitions

Nous répétons le même processus pour créer une partition de taille 3G et de type partition d'échange Linux

Image: écran proposant de choisir le type d'étiquette de disque ou table de partitions

… Puis une partition de taille 300G pour laquelle nous garderons le type attribué par défaut Système de fichier Linux.

Image: écran proposant de choisir le type d'étiquette de disque ou table de partitions

Ensuite, nous sélectionnons [Écrire] pour écrire effectivement la table de partition sur le disque dur ou SSD.

Image: écran proposant de choisir le type d'étiquette de disque ou table de partitions

Lorsque nous y sommes invités, nous tapons “oui” pour confirmer.

Image: écran proposant de choisir le type d'étiquette de disque ou table de partitions

Enfin, nous sélectionnons [Quitter] et appuyons sur [Entrée]: nous sommes maintenant prêts à configurer les partitions et à installer Slint Linux.

Image: écran proposant de choisir le type d'étiquette de disque ou table de partitions

Formater les partitions

Tapez setup. Le menu principal s'affiche:

Image: écran proposant de choisir le type d'étiquette de disque ou table de partitions

Le menu répertorie les étapes nécessaires pour installer puis configurer Slint, de haut en bas, certains optionnels.

Nous ignorerons la lecture du fichier HELP, car cet article fournit des explications plus détaillées.

Nous ignorerons aussi KEYMAP car nous avons déjà configuré la le plan de clavier.

Nous allons d'abord sélectionner ADDSWAP, car nous avons créé une partition swap.

Ne pas confondre:
  • la création d'une partitions, qui consiste à enregistrer dans une table son début et sa fin sur le support physique, ainsi que son type,
  • le formlatage de cette partition, qui consiste à y installer un système de fichiers qui permettant l'accès aux fichiers qu'elle contiendra.

La boîte de dialogue suivante indique que notre espace d'échange a été détecté et propose de la configurer:

Image:

Le nom de la partition est /dev/sda2. Cela signifie que sur la périphérique (“dev” est l'abréviation de “device”, en Français “périphérique”) sda ​​qui représente notre premier disque dur ou SSD (le second serait sdb), la partition d'échange est en deuxième position

Confirmez simplement en cliquant sur [Entrée] (comme d'habitude). Il vous est maintenant proposé de vérifier si les partitions d'échange de contiennent pas de blocs défectueux:

Image:

Nous accepterons la réponse par défaut (ne pas effectuer de vérification).

L'écran suivant affiche la ligne correspondant à l'espace d'échange qui sera incluse à la fin de l'installation dans le fichier /etc/ fstab. Ce fichier enregistre l'association entre les partitions, les répertoires et les systèmes de fichiers associés (fstab est l'abréviation de File Systems Table ou Table des systèmes de fichiers):

Image:

Après l'étape ADDSWAP, le programme d'installation passe directement à l'étape suivante TARGET.

Le mot TARGET désigne ici la partition où les paquets seront installés, en d'autres termes la cible de l'installation.

Nous devons d'abord choisir dans quelle partition stocker le répertoire principal, nommé root (racine de l'arbre des fichiers) et aussi désigné par /.

Image:

Comme nous avons configuré une seule partition Linux, nous confirmons le choix proposé /dev/sda3. Nous choisissons Formatage rapide sans vérification des blocs défectueux.

Image:

Plusieurs types de systèmes de fichiers peuvent être utilisés pour formater des partitions Linux. Nous acceptons le type ext4 proposé par défaut pour la partition racine.

Image:

Le formatage des partitions prend quelques secondes.

Image:

L'écran suivant affiche la ligne qui sera ajoutée au fichier /etc/fstab pour la partition racine.

Image:

Nous acceptons de formater la partition EFI System car cela permet de mettre en place les fichiers nécessaires au démarrage en mode EFI.

Image:

La ligne à ajouter aussi /etc/fstab pour cette partition est maintenant affichée.

Image:

À partir de là, l'installateur va directement à l'étape INSTALL (installation des paquets logiciels).

Installer les paquets logiciels

Un paquet logiciel (en Anglais: software package) rassemble divers fichiers qui seront installés, c'est à dire écrits sur le disque dur ou SSD dba des répertoires définis à l'avance, comme par exemple /usr/bin/ pour la plupart des programmes applicatifs

Lorsque vous y êtes invité, sélectionnez le support d'installation de Slint Linux. Dans cet exemple, nous avons choisi d'installer à partir d'un DVD.

Image:

Nous laissons le programme d'installation trouver automatiquement le DVD.

Image:

L'installateur a trouvé le DVD contenant les paquets Slint ….

Image:

Dans ce cas l'installateur et les paquets à installer sont sur le même support physique. Il est aussi possible de choisir des supports differents, par exemple si les paquets sont sur un serveur informatique

Nous devons confirmer que nous sommes prêts à installer les paquets logiciels.

Image:

Une ligne est affichée à l'écran pour l'installation de chaque paquet:

Image:

Si vous avez le temps de les lires toutes, vous êtes vraiment très rapide ou votre machine est vraiment très lente…

L'installation de tous les paquets prends quelques minutes, patientez.

Configurer le système

Après l'installation des progiciels, le programme d'installation écrit des fichiers pour enregistrer les polices installées. Cela vous aidera à trouver les correspondants en mode Graphique et prend quelques secondes.

Il stocke alors le catalogue de polices dans un fichier appelé cache'“ pour accélérer l'accès aux polices lorsque cela est nécessaire. Cela prend aussi quelques secondes. Ensuite, il propose de faire un démarrage flash USB. Cela peut aider si votre système est ou devient incapable de démarrer, par exemple parce que l'installation d'un chargeur d'amorçage a échoué ou si le secteur de démarrage ou les fichiers n'ont pas été mis à jour après une mise à niveau du noyau. Nous ignorerons cette étape dans ce didacticiel, mais c'est une mesure de sécurité que nous recommandons de prendre. <note tip>Vous pouvez également utiliser le support d'installation pour démarrer le système d'installation ou y accéder comme expliqué dans (référence nécessaire)</note> L'étape suivante consiste à installer au moins un chargeur de démarrage. <note>Il existe deux manières de démarrer un système d'exploitation comme Slint Linux: * En mode BIOS, également connu sous le nom de mode hérité d'un secteur d'amorçage écrit directement sur le Super bloc d'une partition de disque ou sur le 'MBR' (Master Boot Record) d'un disque. * En mode EFI à partir d'une “image EFI” (fichier dans un format spécifique) écrite dans une partition ESP (EFI System) Dans Slint, nous utilisons ces applications pour configurer le système à démarrer: * LILO en mode BIOS, * ELILO en mode EFI De nombreux systèmes sont capables de démarrer dans les deux modes. </note> <note important Vous devez veiller à ce que l'installation d'un chargeur d'amorçage n'empêche pas d'amorcer un système déjà installé.</note> Lorsque nous avons démarré l'installateur en mode EFI, le programme d'installation propose de sauter l'installation de LILO pour installer simplement ELILO. Mais il est sûr de préparer le système pour pouvoir démarrer dans les deux modes, donc nous allons installer LILO de toute façon. Nous allons ELILO aussi. Nous allons maintenant proposer plusieurs choix pour l'installation de LILO et dans tous les cas accepterons le choix par défaut. Nous sélectionnons le mode simple (essayez d'installer LILO automatiquement): Nous sélectionnons le mode vidéo standard: En supposant que nous n'avons pas besoin de paramètres supplémentaires dans la ligne de commande pour démarrer, nous avons simplement appuyer sur [Enter] Nous sélectionnons MBR pour l'installer dans le Master Boot Record Ensuite, nous acceptons d'installer elilo. Cela va mettre dans la partition EFI les fichiers nécessaires pour démarrer en mode EFI. Nous accepterons également d'ajouter une entrée de menu d'amorçage. Cette entrée va dans le menu de démarrage du microprogramme, en CMOS, pas dans un disque dur ou SSD, nous donnant ainsi une autre façon de démarrer le processus de démarrage. L'écran suivant confirme l'installation de l'entrée de menu. Vous ne verrez probablement pas alors l'écran suivant, car les souris USB sont automatiquement détectées. Indiquez maintenant si vous souhaitez utiliser votre souris pour sélectionner et coller du texte en mode Console. Bien sûr, cela fonctionnera en mode Graphique de toute façon. Nous confirmons que nous voulons configurer le réseau. Cela est nécessaire, même si vous n'avez pas de réseau local, mais seulement un ordinateur de bureau ou un ordinateur portable, pour accéder à Internet. Le nom d'hôte est nécessaire pour identifier la machine dans un réseau local. S'il n'y a pas de réseau local, vous pouvez utiliser n'importe quel nom, comme machine ou box De même, le nom de domaine sert à atteindre la machine à partir d'Internet, il héberge par exemple un serveur web. Sinon, vous pouvez utiliser n'importe quel nom de domaine faux. Ensuite, on nous demande comment nous souhaitons configurer le réseau. Dans la plupart des cas NetworkManager est le meilleur choix. Nous pouvons maintenant confirmer notre choix. Dans Slint, vous verrez automatiquement un widget dans le panneau de votre bureau vous permettant de gérer les connexions Slint peut être utilisé en tant que serveur ou bureau. Cela implique que vous êtes autorisé à exécuter un grand nombre de services. Il est prudent d'accepter la configuration proposée, que vous pouvez facilement modifier après l'installation. Pour configurer l'horloge de votre ordinateur est réglé sur UTC. Dans le doute dites NON. Ensuite, sélectionnez votre fuseau horaire pour configurer correctement l'heure du système. Utilisez les touches fléchées et la page vers le haut ou vers le bas pour le trouver. Vous allez maintenant choisir si votre ordinateur doit démarrer en mode Graphique ou Console. Un débutant dans Linux préfèrera souvent Graphique mais dans l'exemple j'ai choisi Console. Cela peut également être modifié facilement plus tard Plusieurs gestionnaires Windows sont disponibles dans Slint. Choisissez celui que vous aimez ou un au hasard. Vous pourrez changer et essayer d'autres après l'installation. On nous demande si nous voulons configurer un mot de passe pour root '' (l'administrateur du système, autorisé à voir tous les

fr/installation_process.1482082897.txt.gz · Dernière modification: 2019/11/18 12:54 (modification externe)