Accueil
Installateur Slint
Paquet Slint
Traducteurs
Contribuer
Outils
Journal de bord
Le projet d'internationalisation de Slackware

Transifex

la plate-forme Transifex facilite la coopération entre traducteurs. C’est un lieu où chaque équipe de traduction centralise ses fichiers PO et partage l’information. Elle procure un éditeur en ligne, qui peut aussi être utilisé pour réviser les traductions.

Pour apprendre à l’utiliser visitez le Transifex Help Desk (en Anglais).

Vous pouvez aussi utiliser l'éditeur en ligne de Transifex, mais :

  • n’oubliez pas d’effectuer de fréquentes sauvegardes, au cas où

  • la mise en forme des traductions est plus facile à effectuer et vérifier localement, en utilisant un éditeur spécialisé tel que Lokalize ou Poedit

Pour traduire les pages du site Internet au format asciidoc, l’usage de Transifex est obligatoire (voir plus loin).

Warning Si vous préférez traduire localement, assurez vous de cocher Télécharger pour traduire (pas Télécharger pour l’utiliser) et Verrouiller cette traduction pour informer les autres que vous travaillez dessus. Ceci pourrait éviter un travail en double … Mais deux équipiers peuvent partager le même gros fichier PO, du moment qu’ils s’accordent sur qui traduit quoi.
Tip

Transifex ne revient pas à la ligne dans le texte traduit. Ceci peut conduire à de très longues lignes, difficiles à lire dans un éditeur de textes et qui peuvent même le faire "planter" en consommant tous la capacité de traitement. Pour éviter cela, après avoir téléchargé le fichier PO tapez simplement :

  msgcat fichier_téléchargé_depuis_Transifex > fichier_renommé

ensuite utilisez Lokalize ou Poedit pour traduire fichier_renommé. Ce fichier comportera des retours à la ligne mais sera autrement identique à celui téléchargé, donc cela ne fera aucun mal.

Si vous traduisez localement n’oubliez pas de téléverser le fichier édité sur Transifex quand vous êtes inactif, pour ne pas le laisser verrouillé inutilement.

Lokalize

Lokalize est inclus dans Slackware. Vous pouvez soit lire le manuel de Lokalize en ligne ou y accéder par le menu Aide ou en pressant la touche [F1]. Réglages recommandés :

  • Configuration ⇒ Configurer Lokalize ⇒ Identité ⇒ Langue par défaut (choisir la langue cible).

  • Configuration ⇒ Configurer Lokalize ⇒ Apparence : Choisir une "police de l'éditeur" à chasse fixe et empattement ("serif") comme Courier. Ceci vous aidera à distinguer 0 (le chiffre) de O (la lettre) ou | (la barre verticale de I (la lettre) et à vérifier la mise en forme, par exemple l’alignement du premier mot de lignes consécutives.

  • Configuration ⇒ Configurer Lokalize ⇒ Apparence : cocher "Diode indiquant les états « à mettre à jour », « non traduit », ainsi que le numéro de colonne du curseur", très pratique pour vérifier la longueur de ligne quand cela importe.

Poedit

Poedit n’est pas inclus dans Slackware mais est disponible sur le site SlackBuilds.org.

Il lui manque un moyen pratique de vérifier la longueur de ligne, mais ceci mis à part ses possibilités sont similaires à celles de Lokalize : choisir l’un ou l’autre est affaire de préférence personnelle.

Dans Edition ⇒ Préférences ⇒ Éditeur, cocher "Vérification orthographique automatique" et, comme pour Lokalize, choisir une police à chasse fixe et à empattement.

Emploi de scripts inclus dans l’archive Slint

Cette archive comprimée inclut tout ce qui est nécessaire pour constituer les produits Slint ainsi que des outils destinés aux contributeurs. Il est nommé slint-[date].tar.xz et fourni dans le répertoire pub/.

Pour la déballer, taper :

  tar xf slint-[date].tar.xz

Cela créera un répertoire slint-[date]. Voir dans celui-ci le fichier CONTENT.TXT pour les détails, le tableau ci-dessous liste seulement les scripts utilisés pour constituer les produits Slint ainsi que les outils destinés aux traducteurs.

Chemin et nom du script Fonction

build/slint.sh

Produire une image hybride (CD/DVD ou USB) d’un installateur Slint ou d’une distribution Slackware l’incluant

build/make_slint_packages

Internationaliser quelques scripts Slackware et construire le paquet SlintLocales.

build/slintLocales

Construire un paquet contenant toutes les traductions à jour des scripts contenus dans les installateurs Slint (toutes versions) ou dans des outils destinés à Slackware.

tools_for_translators/toolbox.sh

Cette boite à outils gère les traductions des messages rassemblés dans slackware.pot.

tools_for_translators/toolbox_slint_sh

Cette boite à outils gère les traductions des messages émis par le script slint.sh.

tools_for_translators/generate_man_pages

Génère des pages de manuels traduites pour quelques-uns des outils destinés à Slackware. Ceci permet de vérifier les fichiers PO correspondants. L’emploi de ce script nécessite d’avoir installé le paquet po4a, disponible dans le répertoire extra/.

Comment vérifier les traductions de l’installateur de Slackware et des scripts d’administration

Ressource slint, fichier slackware.pot

Quand vous avez terminé la traduction, mettez simplement le fichier dans le répertoire wip/,renommé par exemple fr_FR.slackware.po, puis exécutez /chemin/vers/tools_for_translators/toolbox.sh et choisissez check_PO dans le menu. Si tout va bien :

  1. copiez fr_FR.slackware.po dans le répertoire po/ (traduction en Français dans cet exemple)

  2. exécutez le script /chemin/vers/build/SlintLocales.SlackBuild pour inclure votre traduction à jour dans le paquet SlintLocales

  3. exécutez le script /chemin/vers/build/slint.sh pour construire une image ISO hybride CD ou USB de l’installateur

  4. gravez l’image sur un CD ou une clef USB

  5. essayez l’installateur (en Français dans cet exemple, bien sûr), dans une machine réelle ou virtuelle

Tip pour exécuter l’installateur dans une machine virtuelle vous pouvez utiliser directement le fichier dont le nom se termine en .iso, il n’est pas nécessaire de le graver sur un support physique dans ce cas.

Comment vérifier les traductions du fichier slint.sh

Quand vous avez terminé la traduction, mettez simplement le fichier, renommé par exemple fr_FR.slint.po, dans le répertoire /wip, puis exécutez le script /chemin/vers/tools_for_translators/toolbox_slint_sh et choisissez check_PO dans le menu.

Si tout va bien, exécutez de nouveau /chemin/vers/tools_for_translators/toolbox_slint_sh mais choisissez format_PO dans le menu. Si tout va bien cela générera un fichier slint.mo et le rangera à sa place dans l’arborescence de slint-[date] (dans le répertoire slint_locales/fr/LC_MESSAGES dans cet exemple).

Puis essayez votre traduction en comparant les versions anglaise et française avec des commandes comme celles-ci :

  /chemin/vers/build/slint.sh
  LANG=fr_FR.utf8 /chemin/vers/build/slint.sh

Comment vérifier les traductions des pages de manuel inclues dans les paquets pkgtools et slackpkg

Ressources: pkgtools et slackpkg

De nouveau, mettez le fichier PO dans le répertoire wip/, renommé par exemple fr.pkgtools.po (pages de manuel inclues dans le paquet pkgtools en Français). puis, exécutez cette commande :

   /chemin/vers/tools_for_translators/generate_man_pages fr.pkgtools

Si tout se passe bien ceci générera toutes les pages de manuel (dans le cas présent : fr.explodepkg, fr.installpkg, fr.makepkg, fr.pkgtool, fr.removepkg et fr.upgradepkg). Sinon lisez les messages d’erreur, faites les corrections nécessaires et recommencez. Vous pouvez éviter la plupart des erreurs en suivant cet Avertissement.

Pour comparer la page traduite avec celle d’origine, faites par exemple ceci (exemple pour une traduction en Français) :

  cd /chemin/vers/wip
  LANG=fr_FR.utf8 GROFF_ENCODING=utf8 man ./installpkg # page de manuel traduite
  GROFF_ENCODING=utf8 man installpkg # page de manuel originelle

Pour éviter de taper "GROFF_ENCODING=utf8" à chaque fois, mettez cette ligne dans votre ~/.bashrc :

  export GROFF_ENCODING=utf8

Traduction des fichiers texte à traiter par AsciiDoc pour générer des pages Internet

Comme indiqué dans Traduction de pages du site Internet, les pages suivantes sont générées par asciidoc à partir de fichiers textes sources : slint, installer.html, package.html, contribute.html, transators.html, tools.html et changelog.html ainsi que template.po.

Ces fichiers textes sources doivent être traduits avec l'éditeur en ligne de Transifex : téléverser un fichier texte sur Transifex échoue avec un message d’erreur pour une raison inconnue du rédacteur, aussi traduire le fichier localement puis le téléverser vers Transifex n’est pas envisageable.

Mais l'éditeur en ligne de Transifex présente l’avantage de permettre d’ajouter aux fichiers de traduction des phrases ou paragraphes qui resteront attachés à une chaîne de caractère du fichier originel en Anglais.

Ceci permet aux traducteurs de particulariser leurs traductions en y ajoutant des informations spécifiques à leur locale, par exemple comment obtenir de l’aide dans leur langue ou pays, des liens vers une documentation localisée, etc.

Tip

Suite à une mise à jour d’un fichier texte originel en Anglais, les chaînes de caractères des fichiers de traduction correspondant aux chaînes modifiées dans le fichier en Anglais disparaîtront de l'éditeur de Transifex.

Vous pouvez économiser de la frappe en conservant une copie locale de la traduction, téléchargée depuis Transifex : copiez l’ancienne traduction et collez-là dans l'éditeur de Transifex, puis modifiez-la.

Encore plus facile, si votre traduction était déjà téléversée sur le site Internet : cliquer sur "Texte source" en bas du menu latéral de cette page affichera le texte source correspondant.

En outre, l'éditeur de Transifex a une fonction "Suggestions" (similaire au "mémoire de traduction" de Lokalize) qui mémorise les traductions précédentes d’une chaîne de caractères. Cette fonction peut être réellement utile quand une page du site est mise à jour. Transifex se souviendra de votre dernière traduction de cette chaîne et vous présentera un lien "Utiliser ceci" près de la traduction. Vous pouvez ainsi récupérer l’ancienne traduction, la modifier, puis passer à la chaîne de caractères suivante.

Familiarisez-vous avec la syntaxe des balises d’Asciidoc

Le document de référence est le guide utilisateur AsciiDoc (en Anglais), mais vous pouvez commencer par lire l’antisèche AsciiDoc (en Anglais également). Encore plus facile, si AsciiDoc est installé cette commande :

asciidoc --help syntax > asciidoc.txt

écrira un "AsciiDoc Markup Syntax Summary" dans le fichier asciidoc.txt, que vous pourrez ensuite parcourir ou imprimer.

Préserver le balisage

Prenez soin de préserver le balisage tel quel. Par exemple, ajouter ou enlever des espaces ou des caractères "saut de ligne" peut avoir des effets inattendus. Voici quelques exemples :

  • Commencer un paragraphe par une espace engendrera un paragraphe littéral affiché avec une police de caractères spécifique

  • "= du texte" engendrera un en-tête de niveau 0 (titre du document), mais seulement si "=" est le premier caractère de la ligne et est suivi d’une espace et précédé d’une ligne vide

  • " +" en fin de ligne générera un saut de ligne mais seulement si le "+" est précédé d’une espace et est le dernier caractère de la ligne

Warning Pour éviter de mettre la pagaille dans le balisage, nous vous recommandons de copier d’abord la chaîne source (en Anglais) dans la traduction : cliquez simplement sur l’icône figurant deux pages côte à côte en haut à droite de la zone de la chaîne source, puis éditez la traduction.
Vérifier le rendu de votre traduction

Vous pouvez vérifier facilement le rendu de la page Internet générée à partir de votre traduction d’un fichier texte source. Faites simplement ceci :

lftp -c "mirror http://slint.fr/website/"
# Téléchargez à partir de Transifex votre traduction (nous l'appellerons <traduction.txt>) dans le répertoire website/ qui vient d'être créé
cd website
CONFIG_FILE=slint.conf.en
# Facultativement, si le titre en haut de page et le menu latéral traduits dans votre langue sont déjà téléversés sur le site Internet :
wget http://slint.fr/slint.conf.ll; CONFIG_FILE=slint.conf.ll # remplacer "ll" par votre code langue (deux lettres)
# ensuite générez la page XHTML
asciidoc -b xhtml11 -a icons -f $CONFIG_FILE <traduction.txt> # cette commande génère <traduction.html>
firefox <traduction.html> &
Traduire ou ne pas traduire, telle est la question

Les mots suivants ont une signification particulière pour AsciiDoc et ne doivent pas être traduits quand ils commencent un paragraphe devant attirer l’attention du lecteur : TIP, NOTE, IMPORTANT, WARNING et CAUTION.

D’une manière générale, les liens et les URLs ne doivent pas être traduits mais la légende peut l'être, selon le contexte. Dans les exemples qui suivent (traduits à partir du résultat de la commande asciidoc --help syntax) seule la valeur de "légende" peut être traduite :

Liens dans le document :
[[id]]  (définit la cible de lien "id")
<<id,légende>> (lien vers la cible "id")
link:nomdefichier#id[légende] (lien vers un fichier HTML externe)

URLs :
http:adresse[légende] (lien vers une page Internet)
mailto:adresse[légende] (lien vers une adresse courriel)

Images :
image:nomdefichier[légende] (image en ligne)
image::nomdefichier[légende] (image dans un contexte de bloc)